8
sep

Atelier(s) en Chantier(s) @ Chantiers Art House.

 

atelier,arts,act-u  atelier,arts,act-u

(clic on pic to get the whole picture / cliquez et agrandissez)

 

13:36 08/09/2013 | Lien permanent | Tags : atelier, arts, act-u |  Facebook

2
sep

Animal, animal, animal, âme dans des poils?

Roland Carré for special edition of Chi Chis magazine, 1951.jpg(art by Roland Carré for special edition of Chi Chis magazine, 1951)

"I often ask myself, just to see, who I am - and who I am (following) at the moment when, caught naked, in silence, by the gaze of an animal, for example the eyes of a cat, I have trouble, yes, a bad time overcoming my embarrassment.
Whence this malaise?
I have trouble repressing a reflex dictated by immodesty. Trouble
keeping silent within me a protest against the indecency. Against the impropriety that comes of finding oneself naked, one’s sex exposed, stark naked before a cat that looks at you without moving, just to see. The impropriety [malséance] of a certain animal nude before the other animal, from that point on one might call it a kind of animalséance: the single, incomparable and original experience of the impropriety that would come from appearing in truth naked, in front of the insistent gaze of the animal, a benevolent or pitiless gaze, surprised or cognizant. The gaze of a seer, visionary, or extra-lucid blind person. It is as if I were ashamed, therefore, naked in front of this cat, but also ashamed for being ashamed. A reflected shame, the mirror of a shame ashamed of itself, a shame that is at the same time specular, unjustifiable, and unable to be admitted to. At the optical center of this reflection would appear this thing - and in my eyes the focus of this incomparable experience - that is called nudity. And about which it is believed that it is proper to man, that is to say foreign to animals, naked as they are, or so it is thought, without the
slightest inkling of being so."

Jacques Derrida, The Animal That Therefore I Am (More to Follow), in Critical Inquiry, Vol. 28, No. 2

11:52 02/09/2013 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

être le monstre de quel monstre, telle est une bonne question

 

"Regarding language, is it best to be careful with our words and aware of what they do (rather than mean), to weigh the possible connotations, echoes, reverberations, all of which are infinite; or, is it best to be impulsive, overcome with it, even at the risk of catastrophe? What I am asking is: does intentionality perhaps weigh even heavier — “matter more” — to we who eschew it? In my extreme focus on each syllable and signifier, and my recognition of their arbitrariness and fragility, I have only given it (the language I use) and myself a strange power, albeit a false power: the idea that, in being careful with my words, lest I risk meaning recklessly or differently, my words might “mean” anything at all. We are careful because we fear that somehow, impossibly, they might mean."

 

Eva Koťátková Parallel biography.jpg (art by Eva Koťátková)

&

Stan Van DerBeek, ”Breathdeath”, 1963.jpg (art by Stan Van DerBeek, ”Breathdeath”, 1963)

 

Is it better to out-monster the monster or to be quietly devoured?

 

— Friedrich Nietzsche


WHO IS THE MONSTER NOWY?


10:32 02/09/2013 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

Cendres/Feu/Langue

The urn of language is so fragile. It crumbles and immediately you blow into the dust of words which are the cinder itself. And if you entrust it to paper, it is all the better to inflame you with, my dear, you will eat yourself up immediately.



Jacques Derrida, Cinders

 

listen to love.jpg


10:20 02/09/2013 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures, humoeurs |  Facebook

25
aoû

1ère vision du Scivias

 

Hildegarde

"Je vis comme une grande montagne couleur de fer, et sur elle quelqu'un était assis, resplendissant d'un tel éclat, que sa lumière offusquait ma vue ; et de chaque côté, le voilant d'une ombre douce, une aile, merveilleuse de largeur et de longueur, s'étendait. Et devant lui, au pied de la montagne, une figure toute pleine d'yeux se tenait, de laquelle je ne pouvais distinguer nulle forme humaine, à cause de la multitude d'yeux ; et devant elle, était une autre figure d'enfant, sombrement vêtue, mais chaussée de blanc, sur la tête de laquelle descendit une telle clarté, rayonnant de celui qui était assis sur la montagne, que je ne pouvais plus regarder sa face. Mais de celui-là même qui était assis sur la montagne, une infinité d'étincelles vivantes s'échappaient, qui enveloppaient ces figures, d'une grande suavité.

 

Dans la même montagne, on distinguait, comme de nombreuses lucarnes, dans lesquelles apparurent comme des têtes d'hommes, les unes sombres, les autres blanches. Et voici que celui qui était assis sur la montagne, s'écriait d'une voix forte et pénétrante, disant : O homme, poussière insaisissable de la poussière de la terre, et cendre de la cendre, crie et parle sur l'origine de l'incorruptible salut, jusqu'à ce que soient édifiés ceux qui connaissant la moelle des Écritures  ne veulent ni l'annoncer, ni la prêcher, parce qu'ils sont tièdes et languissants, pour la conservation de la justice de Dieu ; à ceux-là découvre-leur la clef des mystères, que, dans leur timidité, ils cèlent sans fruit dans le secret. Dilate-toi dans la fontaine d'abondance, et coule dans une mystique érudition ; afin que ceux qui te méprisent, à cause de la prévarication de la (première) Ève  soient ébranlés par le débordement de ta source. Car, ce n'est pas de l'homme que tu tiens la pénétration de ces mystères, mais tu reçois (ce don) d'en haut, du juge redoutable et suprême, par qui cette clarté brillera d'un éclat incomparable parmi les autres lumières. Lève-toi donc, fais entendre ta voix, et dis les choses qui se sont manifestées par la puissante vertu du secours divin ; parce que celui qui commande avec bonté et puissance à toutes ses créatures, pénètre ceux qui le craignent et qui le servent avec dilection, en esprit d'humilité, de la clarté de sa divine lumière ; et il conduit ceux qui persévèrent dans les voies de la justice, vers les joies de l'éternelle vision.  Cette grande montagne couleur de fer que tu vois, désigne la force et la stabilité de l'éternité du royaume de Dieu, laquelle ne peut être ébranlée par nul effort d'une mutabilité branlante ; et celui qui est assis sur la montagne, et dont la splendeur est si grande qu'elle offusque ton regard, t'indique dans le royaume de la béatitude, celui-là même qui, dans l'éclat de son indéfectible beauté, commande, comme suprême divinité, à tout l'univers, et est incompréhensible à l'esprit humain. Mais de chaque côté, cette ombre douce qui s'étend comme une aile merveilleuse de largeur et de longueur, signifie, dans l'admonition et le châtiment, la suave et douce protection de la bienheureuse défense, et démontre justement et pieusement l'ineffable justice, dans la persévérance de l'équité véritable. hildegarde2.jpgEt devant lui, au pied de la montagne, une figure pleine d'yeux se tient, qui, devant Dieu, en toute humilité, considère le royaume divin, et, fortifiée par la crainte du Seigneur, exerce sur les hommes avec la perspicacité d'une intention droite et juste, son zèle et son appui ; c'est pourquoi tu ne peux discerner en elle, à cause de la multitude de ses yeux, aucune forme humaine ; parce que, par l'acuité de son regard, elle déjoue à ce point tout oubli de la justice de Dieu, qu'éprouvent trop souvent les hommes dans l'hébétude de leur esprit, que l'inquisition des mortels, dans sa débilité, n'ébranle pas sa vigilance. Avant cette image, une autre figure d'enfant sombrement voilée, mais chaussée de blanc apparaît, parce que, précédés de la crainte du Seigneur, suivent les pauvres d'esprit ; car la crainte du Seigneur par le vœu d'humilité, possède pleinement la béatitude de la pauvreté de l'esprit, qui n'aime pas la jactance et l'exaltation du cœur  mais la simplicité et la modestie, ne s'attribuant rien à soi, mais à Dieu, dans l'abandon de la soumission en toutes ses œuvres ; (ce que signifie le peu d'éclat de sa tunique), pour suivre fidèlement les vestiges éclatants du fils de Dieu. Sur sa tête, une si grande clarté rayonne de celui qui est assis sur la montagne, que tu ne peux voir sa face ; parce que la sérénité de la visite de celui qui commande avec louange à toute créature, infuse une telle puissance et une telle force de béatitude, que tu ne peux en concevoir l'abondance dans tes mortelles et infirmes considérations ; car, celui qui possède toutes les richesses célestes se soumit humblement à la pauvreté. Mais que, de celui-là même qui est assis sur cette montagne, une multitude d'étincelles vivantes sortent, qui voltigent autour de ces mêmes images avec un charme infini, cela signifie que de la toute puissance de Dieu proviennent les diverses et fortes vertus, qui resplendissent dans la divine clarté, embrassent et flattent avec amour, (les entourant de leur aide et de leur protection), ceux qui craignent Dieu en vérité, et qui aiment fidèlement la pauvreté de l'esprit. Dans la même montagne, apparaissent de nombreuses lucarnes, à travers lesquelles se montrent comme des têtes d'hommes, les unes sans éclat, les autres rayonnantes de blancheur ; parce que, dans la suprême hauteur de la très profonde et très pénétrante connaissance de Dieu, ne peuvent être cachées les intentions des actes humains, qui démontrent souvent par eux-mêmes leur zèle ou leur tiédeur ; car les hommes que fatigue l'action et que lassent les désirs du cœur  tantôt s'endorment dans l'infamie, tantôt s'éveillent, revenus à eux-mêmes, pour leur honneur, comme en témoigne Salomon, lorsqu'il dit, selon ma volonté : La main molle aboutit à l'indigence, mais la main des forts prépare les richesses. Ce qui veut dire : que l'homme se rend pauvre et misérable, qui ne veut pas accomplir les œuvres de justice, effacer l'iniquité, remettre sa dette, et qui reste oisif dans les merveilles des œuvres de la béatitude. Mais celui qui accomplit les très puissantes œuvres du salut, courant dans la voie de la vérité, capte la source jaillissante de la gloire, et se prépare sur la terre et dans le ciel, les trésors les plus précieux. Et quiconque possède la science par le St-Esprit, et les ailes de la foi, ne transgresse pas mes avis, mais les reçoit avec amour pour en faire les délices de son âme."

noon fantôme nooon la mort.jpg


(merci PhiLoM...-)

15:39 25/08/2013 | Lien permanent | Tags : love, lis tes ratures, textes |  Facebook

24
aoû

Ouech ouech

I was entering into another dimension of existence. ‘I’ was not. Everything was totally dissolved into a flow of matter continuously moving. No time, no space. A feeling of color, but indescribable. Feeling of movement mainly. Awareness that I, the others, are only collections of clusters of molecules, which are all part of the same stream.
— Timothy Leary

bizarre 14 jiu jitsu.jpg


15:53 24/08/2013 | Lien permanent |  Facebook

16
aoû

Apkass sur SonaLitté - Silence

apkass.jpg

Apkass/// une belle claque/// un sacré délic /// langue et subtil /// corps et vibration - entendez la Capsule No 50 en mp3 pendant laquelle
Apkass nous lit un texte intitulé Silence.

Natif de Kinshasa, Apkass n'a jamais oublié le visage de la ville de son enfance. En témoigne, sa démarche artistique imprégnée de souvenirs et d'un amour passionné pour celle qui l'a vu naître, l'Afrique. Il n'a de cesse de proposer un regard poétique et humain sur le monde et de suggérer un échange, une discussion autour des valeurs qui nous unissent. Sur scène, entre slam et hip-hop, Apkass mêle à des textes riches en images, une instrumentation éclectique empreinte de jazz, de la soul des années 70 et de sonorités africaines.

Les paroles de certains textes de ses morceaux sont disponible sur son site - par exemple, ça.

Cet enregistrement a été effectué à Saint-Malo par Milady Renoir et Christine Van Acker.

apkass ii.jpg

10:25 16/08/2013 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures, muse-hic |  Facebook

Rêveries nocturnes 11 (06/08/2013)

Rêveries nocturnes 11 (06/08/2013) p1010523-300x180

Rêveries Nocturnes "SPECIAL FEUILLETS DE CORDE…"
       
Rêveries nocturnes (Radio Panik) vous plonge dans les feuillets de cordes (revue de marché peu marchande):
http://www.traverse.be/feuillets-de-corde.php / Merci Yannick Gueuning , Eric PietteSylvie GiraultMilady Renoir, Lauren Hertzfeld pour cette émission spécial(e) « Feuillets de corde »…

09:17 16/08/2013 | Lien permanent | Tags : act-u, lis tes ratures |  Facebook

8
aoû

Gaga & Marina

AH Oui.

18:12 08/08/2013 | Lien permanent |  Facebook

"Je ne suis personne" (ou si peu)

" Je suis parvenu subitement, aujourd'hui, à une impression absurde et juste. Je me suis rendu compte, en un éclair, que je ne suis personne, absolument personne. Quand cet éclair a brillé, là où je croyais que se trouvait une ville s'étendait une plaine déserte; et la lumière sinistre qui m'a montré à moi-même ne m'a révélé nul ciel s'étendant au-dessus. On m'a volé le pouvoir d'être avant même que le monde fût. Si j'ai été contraint de me réincarner, ce fut sans moi-même, sans que je me sois, moi, réincarné.
Je suis les faubourgs d'une ville qui n'existe pas, le commentaire prolixe d'un livre que nul n'a jamais écrit. Je ne suis personne, personne. Je suis le personnage d'un roman qui reste à écrire, et je flotte, aérien, dispersé sans avoir été, parmi les rêves d'un être qui n'a pas su m'achever.

coffe femme.jpg
Je pense, je pense sans cesse; mais ma pensée ne contient pas de raisonnements, mon émotion ne contient pas d'émotion. Je tombe sans fin, du fond de la trappe située tout là-haut, à travers l'espace infini, dans une chute qui ne suit aucune direction, infinie, multiple et vide. Mon âme est un maelström noir, vaste vertige tournoyant autour du vide, mouvement d0un océan infini, autour d'un trou dans du rien; et dans toutes ces eaux, qui sont un tournoiement bien plus que de l'eau, nagent toutes les images de ce que j'ai vu et entendu dans le monde -défilent des maisons, des visages, des livres, des caisses, des lambeaux de musique et des syllabes éparses, dans un tourbillon sinistre et sans fin.
Et moi, ce qui est réellement moi, je suis le centre de tout cela, un centre qui n'existe pas, si ce n'est par une géométrie de l'abîme; je suis ce rien autour duquel ce mouvement tournoie, sans autre but que de tournoyer, et sans exister par lui-même, sinon par la raison que tout cercle possède un centre. Moi, ce qui est réellement moi, je suis le puit sans parois, mais avec la viscosité des parois, le centre de tout avec du rien tout autour. [...]
Pouvoir savoir penser! Pouvoir savoir sentir!"

Fernando Pessoa, Je ne suis personne

Pour Fi-Low

17:59 08/08/2013 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

26
jui

"Before I die"

Candy Chang - Before I Die (2011-ongoing).jpg

http://candychang.com/before-i-die-in-nola/

14:41 26/07/2013 | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

la "bonne" journée des citations faisant écho, merci

In order to suggest, delicately, that I am suffering, in order to hide without lying, I shall make use of a cunning preterition: I shall divide the economy of my signs.

The task of the verbal signs will be to silence, to mask, to deceive: I shall never account, verbally, for the excesses of my sentiment. Having said nothing of the ravages of this anxiety, I can always, once it has passed, reassure myself that no one has guessed anything. The power of language: with my language I can do everything: even and especially say nothing.

I can do everything with my language, but not with my body. What I hide by my language, my body utters. I can deliberately mold my message, not my voice. By my voice, whatever it says, the other will recognize “that something is wrong with me." I am a liar (by preterition), not an actor. My body is a stubborn child, my language a very civilized adult…

— Roland Barthes, A Lover’s Discourse: Fragments

Gerhard Richter Mrs. Wolleh with Children (Frau Wolleh mit Kindern) 1967-68.jpg

Gerhard Richter - (Frau Wolleh mit Kindern) 1967-68


14:08 26/07/2013 | Lien permanent | Tags : arts, humoeurs |  Facebook

Ah si, si...

We can no longer sit idly by as others steal our mouths, our anuses, our genitals, our nerves, our guts, our arteries, in order to fashion parts and works in an ignoble mechanism of production which links capital, exploitation, and the family.
We can no longer allow others to turn our mucous membranes, our skin, all our sensitive areas into occupied territory – territory controlled and regimented by other, to which we are forbidden access.

Felix Guattari, ‘To Have Done with the Massacre of the Body’, trans. Jarred Becker (in Soft Subversions, ed. Sylvère Lotringer)

anonymous LSD, Distorted Eyes 1971.jpg

14:01 26/07/2013 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

Constant (asbl) @ Variable - Ce Samedi 27/7/19:30

Projets / Constant Variable /

Samedi 27 juillet 19:30-23:00

Algolit rencontre Grapa : présentations autour de la table de cuisine

Constant Variable Rue Gallait 80 1030 Bruxelles

Une rencontre entre les résidents de Variable : Olivier Heinry et An Mertens, membresdu groupe de travail autour de l’algoritme et la littérature Algolit, et Olatz Otalora et Daniela Brill, membres du collectif Grapa, vous invitent à leur présentation autour de la table de cuisine à Variable pour de multiples échanges autour de la poésie spam, du python, des romans génératifs, des expérimentations en type setting et de possibles pratiques d’écriture.

Merci d’apporter une délice à boire & à manger !

Plus d’info : GRAPA est un collectif et site web transnational émergents, dédié à la promotion de l’édition et de la publication libre. Ce groupe de travail se réunit à Bruxelles pour continuer leur voyage vers la terre promise de l’édition avec des outils Libres. Ils vont experimenter sur et avec les logiciels, le hardware et les pratiques d’écriture afin de repenser la culture de l’imprimé. Avec des contributions de : Daniela Brill, Enrique César, Daniela Brill, Olatz Otalora et Diego Paonessa.

Algolit est un groupe de travail émergent de Constant dédié à l’étude, la création et l’échange de productions littéraires numériques libres. Ce groupe de travail se réunit deux fois par an afin d’échanger des expériences et d’experimenter avec de nouvelles idées, contraintes et outils.

13:24 26/07/2013 | Lien permanent | Tags : place net, arts, lis tes ratures |  Facebook

pour Lui (et moi avec)

Yes, I do believe in something. I believe in being warmhearted. I believe especially in being warmhearted in love, in fucking with a warm heart. I believe if men could fuck with warm hearts, and the women take it warmheartedly, everything would come all right. It’s all this coldhearted fucking that is death and idiocy.
Yes, I do believe in something. I believe in being warmhearted. I believe especially in being warmhearted in love, in fucking with a warm heart. I believe if men could fuck with warm hearts, and the women take it warmheartedly, everything would come all right. It’s all this coldhearted fucking that is death and idiocy.
Yes, I do believe in something. I believe in being warmhearted. I believe especially in being warmhearted in love, in fucking with a warm heart. I believe if men could fuck with warm hearts, and the women take it warmheartedly, everything would come all right. It’s all this coldhearted fucking that is death and idiocy."
Yes, I do believe in something. I believe in being warmhearted. I believe especially in being warmhearted in love, in fucking with a warm heart. I believe if men could fuck with warm hearts, and the women take it warmheartedly, everything would come all right. It’s all this coldhearted fucking that is death and idiocy.
Yes, I do believe in something. I believe in being warmhearted. I believe especially in being warmhearted in love, in fucking with a warm heart. I believe if men could fuck with warm hearts, and the women take it warmheartedly, everything would come all right. It’s all this coldhearted fucking that is death and idiocy.
ad libitum.

D.H. Lawrence, Lady Chatterley’s Lover

Pierre Jahan. Sans Titre, 1950.jpg (art by Pierre Jahan. Sans Titre, 1950)


13:21 26/07/2013 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

22
jui

après moi, un sublime déluge (Saul Williams)

 

saul_williams.jpg


Grande / Petite rencontre au Festival des Etonnants Voyageurs cette année... Saul Williams, apprécié hautement pour ce qu'il est/fait/dit/vit/pratique/débloque/déclame/dévie. Entre une tempête bretonne et un café serré trop cher, j'ai eu la chance d'enregistrer l'homme poètosophe pour SonaLitté.






Capsule No 47 - 22 juillet 2013 - 01:41 - mp3

Saul Williams nous lit un court texte en musique.

Saul Williams est un poète, écrivain, acteur et musicien américain proche du mouvement hip-hop alternatif. Chacune de ses prestations est une expérience unique qui mêle intimement spiritualité et violence, poésie et sociologie. Adepte du Spoken Word, Saul Williams revient, après un détour par le pop rock, à ses premières amours à l’occasion de la sortie de son anthologie de poésie actuelle Chorus.

Cet enregistrement a été effectué à Saint-Malo par Milady Renoir.

Aussi
Capsule précédente
   OU   Capsule suivante

Un projet de L'Arbre de Diane ASBL.

15:48 22/07/2013 | Lien permanent | Tags : arts, lis tes ratures, act-u, place net |  Facebook

Yeux que c'est "beau"!

Les yeux de Giuseppe Penone

Les yeux de Giuseppe Penone

"En marge des rencontres d’Arles, on peut voir  des travaux de Giuseppe Penone datant des années 1970 — l’artiste italien prolifique, associé à l’Arte Povera. Pour cette série qui s’appelle Rovesciare i propri occhi » (“Retourner ses propres yeux.”) il a photographié son propre visage, dévitalisé. Il y apparaît comme aveuglé, porte des verres de contact miroitants. Mais ce qu’il regarde, nous le voyons pas : aucun objet ne s’y reflète.

Retourner ses yeux, c’est envisager “le regard pensif” comme l’écrivait Régis Durand. Et regarder en dedans de soi, c’est s’abstraire du monde.  Dans cette série fascinante, Penone incarne ce regard fantôme avec les stigmates de la possession. Yeux révulsés, extatiques, sortis du temps, et privés de la contemplation de l’espace. Ce n’est pourtant pas encore le visage d’un mort que nous regardons  : la surface de la peau, par son contraste, sa vibrance, nous offre plutôt la vision d’un veilleur  en plein milieu du jour.

Ce geste qui a évidemment une profonde résonance esthétique n’est pas seulement une expérimentation plastique. Dans ces images, Penone matérialise le refus de voir.  Quelle est la nature de cette résistance ? Daniela Lancioni, auteur d’un livre consacré à l’artiste explique que Penone «cherche une identité retrouvée dans une société qui préférait l’apparence à l’être. »  Cette recherche de soi passe sans doute par une phase d’absentement. Qui suis-je ?  Ou plutôt “qui je hante ?” comme l’écrivait André Breton. Dans cette attente, c’est le regard primitif d’un loup qui semble s’être emparé d’un homme."

15:42 22/07/2013 | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

20
jui

Couple? (selon un wiki)

Information mutuelle

Entropies individuelles (H(X),H(Y)), jointes (H(X,Y)), d'une paire de sous-systèmes (X, Y), avec l'information mutuelle I(X; Y).

 

Dans la théorie des probabilités et la théorie de l'information, l'information mutuelle de deux variables aléatoires est une quantité mesurant la dépendance statistique de ces variables. Elle se mesure souvent en bit.

 

L'information mutuelle d'un couple (X,Y) de variables représente leur degré de dépendance au sens probabiliste. Ce concept de dépendance logique ne doit pas être confondu avec celui de causalité physique, bien qu'en pratique l'un implique souvent l'autre.

 

Informellement, on dit que deux variables sont indépendantes si la réalisation de l'une n'apporte aucune information sur la réalisation de l'autre. La corrélation est un cas particulier de dépendance dans lequel la relation entre les deux variables est strictement linéaire.

 

L'information mutuelle est nulle si et seulement si les variables sont indépendantes, et croit lorsque la dépendance augmente.

10:38 20/07/2013 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

19
jui

Une réalité mathématique dessinée en fractales par un homme atteint par le syndrome du savant.

 

JPadgett-fractales1

 

Jason Padgett est un américain qui a acquis, sans le vouloir, des capacités étonnantes en mathématiques après une agression en 2002. Il a été durement touché à la tête et il vit maintenant la réalité sous forme de fractales mathématiques descriptibles par des équations. Il est atteint du syndrome du savant qui lui permet désormais de pratiquer une forme de synesthésie.

 

Image d’entête : “une main quantique à travers mes yeux” (J.Padgett)

 

Avant l’incident, Jason ne possédait aucune capacité particulière en math, il était même plutôt mauvais. Il a copié la plupart des réponses à son examen de géométrie dans l’enseignement secondaire et n’a jamais eu beaucoup d’intérêt pour cette matière. Il est allé à l’université pour la quitter sans finir son cycle. Il a ensuite travaillé dans la vente pendant quelques années et puis s’est installé dans un magasin de meubles fabriqués par son père. L’accident vasculaire cérébral provoqué par son agression a ostensiblement changé l’architecture du cerveau de Jason. Après une période d’introspection d’une durée de trois ans, il a commencé à dessiner ce qu’il voyait juste en face de ses yeux. Les résultats étaient incroyables, une série d’approximations mathématiques, de fractales dessinées à la main, les premières du genre. Les mathématiciens et les physiciens ont été surpris : certains des dessins de Jason dépeignent des équations mathématiques qui, jusque-là, étaient seulement présentables sous forme graphique. D’autres représentent de réels modèles d’interférences électroniques.

 

Ci-dessous : trou noir de Planck”.

 

JPadgett-fractales7

 

Dualité onde-particule

 

JPadgett-fractales2

 

“Une dérive dans l’espace-temps”

 

JPadgett-fractales8

 

Selon la bio de Jason Padgett :

 

La beauté des numéros et leur connexion à la géométrie pure de l’espace-temps et de l’univers sont présentées dans ses schémas de fractales… Il étudie actuellement la façon dont toutes les fractales posent des limites et comment la formule E = MC2 est elle-même une fractale. Quand il a commencé à dessiner, il n’avait aucune formation en mathématiques traditionnelles et ne pouvait dessiner ce qu’il voyait comme des mathématiques. Finalement, un physicien a vu ses dessins et l’a aidé à obtenir une formation en mathématiques traditionnelle pour être capable de décrire, sous forme d’équations, la géométrie complexe de ses dessins. Il est actuellement étudiant en mathématiques dans l’État de Washington, où il apprend les mathématiques traditionnelles afin qu’il puisse mieux décrire ce qu’il voit sous une forme plus traditionnelle. Beaucoup de ses schémas ont été dessinés avant qu’il n’ait eu une formation en mathématique traditionnelle. Son dessin de E = MC ^ 2 est basé sur la structure de l’espace-temps au niveau quantique et sur le concept qu’il y a une limite physique à l’observation qui est l’échelle de Planck. Il montre comment au plus bas niveau, la structure de l’espace-temps est une fractale… Alors, asseyez-vous et appréciez la beauté des mathématiques d’origine naturelle sous forme géométrique pure connectant E = MC2 (énergie) à l’art. Elles sont toutes dessinées à la main en utilisant uniquement un crayon, une règle et un compas.

 

“Cosinus sinusoïdale et ondes tangente”

 

JPadgett-fractales5

 

“Fusion hW=MC^2”

 

JPadgett-fractales6

 

“L’expérience des doubles fentes” (Fentes de Young)

 

JPadgett-fractales3

 

Vous pouvez admirer d’autres œuvres de Jason Padgett sur Fine art america. A partir du Laboratoire de recherche sur la synesthésie de St Louis (Etats-Unis) : St. Louis Synesthesia Lab – Jason.

13:22 19/07/2013 | Lien permanent | Tags : place net, humoeurs |  Facebook

17
jui

Sonalitté m'a pas tuer...

 

http://www.sonalitte.be/

Capsule No 46 - 15 juillet 2013 - 05:00 - mp3

 

Milady Renoir lit un texte inédit à la Maison de la Francité.

 

Milady anime des ateliers de désordre littéraire, créatif, expérimental et ludique (conséquemment...) pour des adultes, des adolescents et d'autres espèces.
Elle fait de son mieux pour réduire sa pile de livres à lire avant sa mort. A écrit un opéra écolo-trash et quelques recueils de poésie intestine publiée ici ou là. Rédige des textes pour des revues sociales, culturelles, artistiques. Son tumblr : photographie avec l'œil droit.
Lit des textes avec son grand corps lors de performances organiques. Et regarde pousser son ogre blond âgé d'à peu près 5 ans avec l'œil gauche.
Depuis l'hiver 2010, Milady coordonne à deux mains le réseau Kalame (animateurs d’ateliers d’écriture).

19:09 17/07/2013 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures, act-u |  Facebook

5
jui

Stalker / Ciel/ciels/cieux (Merci Suzy)

brain eaters.jpg

Le saviez-vous, les Cieux sont une pure intériorité, un parfait dedans, large comme l’infini et profond des profondeurs mêmes de l’éternité ; mais encore faut-il pouvoir passer des apparences aux profondeurs de l’être ; dépasser la pesanteur du « Moi je » pour accéder à cet enjeu véritable qui est la vraie vie, par le jeu subtil des voiles, des miroirs et des transparences.

L’alpiniste qui a cette expérience des hauts sommets neigeux, ou le spéléologue aguerri aux profondeurs terrestres le savent, ils ont saisi par la chair autant que par intuition cette réalité-là, ils ont acquis par expériences multiples les données de ce subtil paradoxe : quels que soient le sens du voyage, les allées et venues, le fait de monter ou de descendre, qu’importe ! Ce n’est pas là une question de « logique » ou de sens particulier, mais une épreuve, une véritable épreuve « para - logique », où tous nos repères deviennent obsolètes comme un vélo sur Mars, c’est-à-dire que l’épreuve éprouvée y est la preuve même d’une topologie singulière et d’un voyage tout « intérieur » au cœur des choses.

Seuls les hauts sommets immaculés, couronnés d’épais nuages, peuvent mener à cette profonde intériorité ; seuls les pics montagneux peuvent ouvrir aux grandes profondeurs de l’âme humaine, car ce qui est dehors est aussi comme ce qui est dedans, mais en plus profond !

C’est là même toute la magie des mots qui est aussi celle des belles images, une précieuse alchimie que l’on-dit « du verbe » tellement les mots et les interprétations nous manquent face à de tels paysages ou devant de tels visages, des lieux où la grâce se pose comme la neige au faîte des montagnes.

Il faut semble-t-il se délier des chaînes de montagnes, des couchers de soleil sur l’océan, des enthousiasmes vains et des exaltations passagères pour se détacher de l’illusion de l’extérieur aux allures de miracles, afin de déchainer les apparences de toutes les éminentes convictions qu’elles portent en elles.

Entre le dedans et le dehors se joue une relation unique, parce qu’un grand principe établit qu’un fluide remplissant plusieurs espaces reliés entre eux par un boyau central est soumis à un effet de siphonnage, et ne dit-on pas d’ailleurs que certains hommes sont complètement siphonnés ! Entre les espaces telluriques et célestes, comme entre l’encre et le sang, c’est ce même jeu d’aspiration qui se joue et ce même principe des vases communicants qui règne en maître.

Ce principe coule de source et découle du fait que la pression existentielle entre le dedans et le dehors est proportionnelle à la profondeur de l’âme humaine, quelle que soit la couleur ou la forme de cet humain, l’effet de capillarité proviendrait lui-même de l'étroitesse d’esprit qui nous caractérise comme Homo Sapiens.

(…)

Stalker, le passeur de Ciel (extrait) -

3
jui

Edith Soonckindt interview Milady (alias me)

Noir sur noir, the one and only Milady Renoir !

 

Ceux qui vivent, lisent et respirent en Belgique la connaissent déjà et seront sûrement ravis d’en apprendre un peu plus sur elle ! Pour les autres, préparez-vous à une découverte en profondeur de cette artiste polymorphe, tour à tour performeuse, animatrice d’ateliers et auteur (plus tout ce que j’oublie). L’entretien est à la hauteur du personnage : hors normes, mais que cela ne vous empêche pas de le lire jusqu’au bout en 14 questions, vous y trouverez matière à satisfaire toutes vos curiosités !    

 

Milady Renoir / www.miladyrenoir.be

 

  • Tente et tente encore d’être une animatrice d’atelier d’écriture, acharnée & enthousiaste depuis juillet 2003.
  • Organise ici ou là des événements culturels avec les organisations Kalame, EntrezLire, PassaPorta, Le Marathon des Mots, Bulex (OnZE Expo 2009), Le festival OFF du Livre de Bruxelles, MaesltrÖm reEvolution, LeMague.net, AhMonAmour, AuBordElle, Festival ReCycle (Urban Concept asbl), …
  • relit des textes en Compagnie des Lecteurs et des Auteurs (CléA) avec les mains qu’elle a denses, dit-on
  • fait de son mieux pour réduire sa pile de livres à lire avant sa mort
  • a écrit un opéra écolo-trash: http://www.electroopera.com/
  • photographie avec l’œil droit http://son-autre-oeil.tumblr.com/
  • étudie le mouvement à travers des danses et des pensées (Butô et autres considérations intérieures)
  • lit des textes grâce à son corps lors de performances publiques organiques
  • regarde pousser un ogre blond âgé d’environ cinq ans avec l’œil gauche

 

ENTRETIEN(s) :

 

Emmeline/Milady, tu écris (Intérieur cuir & La Musique adoucit les morts, publiés chez Maelström pour les choses personnelles en plus d’injonctions dans des revues et des blogs) et tu animes des ateliers d’écriture depuis 10 ans dont « on » m’a dit le plus grand bien. Vois-tu ces deux activités comme complémentaires l’une de l’autre, voire indissociables l’une de l’autre ?

J’ai commencé à écrire dans un atelier d’écriture en 2002. Auparavant, mon écriture n’était qu’intime, souvent désespérée, incroyablement nombriliste ou terriblementimages-1 abstraite. J’ai vécu...

(la suite sur le site d'Edith Soonckindt là)

23:10 03/07/2013 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures, act-u, humoeurs |  Facebook

15
jui

Résumé de la 41ème soirée filles avec un cerveau (chacune) – 14 juin 2013 - @ Catherine’s

 

 

Evelyne

Sculptures / Intention : pas de deux… un ou deux ? – exposition de fin d’année à l’école des arts d’Anderlecht avec entre autres les sculptures d’Evelyne  (ce week-end)

Sculptures d'Evelyne.jpg

Sculptures d'Evelyne (2).jpg

Sculptures d'Evelyne (3).jpg

 


Elodie

Brussels Vintage Market + trouvailles de la dernière édition


Aliénor

Festival « LOVE » Musiq’3 @ Flagey avec les highlights : Trilogy / Voces8 / Bach & la passion de Jeanne d’Arc


Isabelle / Haya

                massage-yoga thaï  (“Nuad Boran”  - Cf. yoga du paresseux)  / détente / relaxation + stage formation :
http://sampoornayogastudio.be/category/workshopsevents/ / évocation du cheminement personnel & professionnel d’Isabelle Haya.

Isabelle Sainte-Rose
                Rinko Kawauchi:
Illuminance [David Chandler, Rinko Kawauchi]


Mado Ponette
                Crêpage de chignon / Carder, peigner, crêper - Cardèreadopter une cardère ?


Suzy

                Cahier de vacances à 4 mains avec un « prince » - consigne d’écriture secrète dans un carnet vieux papier, cuir et intimités à dévoiler une fois le carnet défloré.


Francesca

                Art Théorème de Bruno Munari
                Enseigner et apprendre, arts vivants de Robert Filliou

Kate
                Lectures en cours, biographies de femmes : François Caradec : Jane Avril au Moulin Rouge avec Toulouse Lautrec & Berthe Morisot de Dominique Bona


Catherine

                1 texte lu finalement pas lu : "la danse des grand-mères" de Clarissa Pinkola Estès
                1 livre pas encore lu mais déjà bien appréhendé : « Les femmes dans l'histoire de la psychanalyse » de Sophie de Mijolla
                1 film vu et aimé tiré du livre pas lu, lui : Les particules élémentaires
                1 livre lu mais pas vraiment évoqué, quoique : Mes alliances: Histoires d'amour et de mariages d’
Elizabeth Gilbert


Milady
                Editions Gitan   +  Le Marabout flash ‘frigidité & Impuissance’ en introduction à la question ouverte et multiple venue depuis la déplorable sensation que les carcans persistent dans la sexualité, y compris celle, intime, de son propre imaginaire. Que l’on soit dans des pratiques « vastes » ou « classiques » (et tout au milieu), c’est quand la notion de variations, de possibles, d’explorations s’atténue par les divers jougs sociaux, culturels, familiaux et personnels. Où trouver et comment garder sa liberté de choix et d’action dans sa sexualité ?


Prochaine soirée fin septembre/début octobre.

Si intéressée à recevoir l'invitation, imèl sur milady renoir milady renoir (at) gmail . com tout attaché.

 

 

21:48 15/06/2013 | Lien permanent | Tags : girlz |  Facebook

10
jui

16/01/65 Minneapolis

 

2013 jun 025.JPG

"Un insecte identifie la lumière avec l'air, la sortie - ainsi un insecte enfermé dans un tube se tuera à force de se jeter contre une paroi de verre éclairée par une lumière, ignorant l'issue qui se trouve derrière lui dans l'obscurité."

Susan Sontag, JOURNAUX- VOLUME II

13:05 10/06/2013 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures, humoeurs |  Facebook

Marilyn désossée d'Isabelle Wéry - rencontre

Lecture de Marilyn désossée d'Isabelle Wéry il y a qqs jours à Ostende. Rencontre avec Isabelle Wéry autour du roman ce mardi 11 juin à La Librairie La Licorne 18h30, Chaussée d'Alsemberg 656 Uccle. Rencontrée animée par Milady Renoir. BIENVENUS tous, lecteurs amateurs ou aguerris.

 

2013 jun 013.JPG

2013 jun 012.JPG


09:42 10/06/2013 | Lien permanent | Tags : act-u, lis tes ratures |  Facebook

4
jui

EnVie de LectureS

La sculpture du vivant / Le suicide cellulaire ou la mort créatrice
Éditions du Seuil, 1999 - mise à jour 2003

Nous sommes chacun une nébuleuse vivante, un peuple hétérogène de milliards de cellules, dont les interactions engendrent notre corps et notre esprit. Aujourd'hui, nous savons que toutes ces cellules ont le pouvoir de s'autodétruire en quelques heures. Et leur survie dépend, jour après jour, de leur capacité à percevoir les signaux qui empêchent leur suicide. Cette fragilité même, et l'interdépendance qu'elle fait naître, est source d'une formidable puissance, permettant à notre corps de se reconstruire en permanence. A l'image ancienne de la mort comme une faucheuse brutale se surimpose une image radicalement nouvelle, celle d'un sculpteur au cœur du vivant, faisant émerger sa forme et sa complexité.

Cette nouvelle vision bouleverse l'idée que nous nous faisons de la vie. Elle permet une réinterprétation des causes de la plupart de nos maladies et fait naître de nouveaux espoirs pour leurs traitements. Elle transforme notre compréhension du vieillissement.

C'est un voyage que propose ce livre. Un voyage à l'intérieur de nous-mêmes, de nos cellules et de nos gènes. Une plongée vers le moment où commence notre existence, à la rencontre du suicide cellulaire à l’œuvre dans la sculpture de notre corps en devenir ; mais aussi une plongée vers un passé plus lointain, au travers de centaines de millions d’années, à la recherche des origines du pouvoir étrange et paradoxal de s’autodétruire qui caractérise la vie. Un voyage à la découverte de l’une des plus belles aventures de la biologie de notre temps. Comme toute exploration d’un pan inconnu de notre univers, ce livre nous révélera des paysages d’une grande beauté. Il nous permettra aussi de ressentir combien la science peut parfois entrer en résonance avec nos interrogations les plus intimes et les plus anciennes.

Genèse et devenir
Echo scientifique et littéraire
Revue de presse

Jean Claude Ameisen présente :
La sculpture du vivant

1.                      -Le Monde,Débat
«Au coeur du vivant, l’autodestruction», 16 octobre 1999

Choix d’interventions radiophoniques :

1.                      -France Inter, Sur les épaules de Darwin Jean Claude Ameisen

2.    Episode 9 : «Le suicide cellulaire», 30 octobre 2010

3.    Episode 6 : «Le suicide cellulaire (2)», 9 octobre 2010

Choix d’interventions audiovisuelles :

1.                      -EHESS - XXIXe Conférence Marc-Bloch
EHESS, 12 juin 2007

2.                      -Arte, PhilosophieRaphaël Enthoven
Vie, 27 juin 2010

Choix d’interviews dans la presse écrite :

1.                      -La Recherche«Jean Claude Ameisen : apologie du suicide cellulaire», propos recueillis par Olivier Postel-Vinay, janvier 2001

2.                      -Lyon capitale, Culture : «La mort est un principe créateur du vivant», propos recueillis par Pierre Tillet, 5 avril 2000

3.                      -Science & Vie. Dossier hors série : La vie au tout début : «Mort cellulaire: un sculpteur inattendu», propos recueillis par Emmanuel Monnier, mars 2000

 

lis tes ratures,ego trip-e (Stills from Erró’s Mecamorphosis)

13:09 04/06/2013 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures, ego trip-e |  Facebook

3
jui

Hysterical Literature

Visionner ça et/ou ça et puis:

"Le terme d'hystérie vient du médecin grec Hippocrate, qui inventa ce mot pour décrire une maladie qui avait déjà été étudiée par les Égyptiens. Le terme est dérivé du mot grec hystera, signifiant l'utérus. La maladie était donc intimement liée à l'utérus ; la théorie admise étant que celui-ci se déplaçait dans le corps, créant les symptômes. Platon décrivait ainsi ses causes et ses manifestations dans Timée : « L'utérus est un animal qui désire engendrer des enfants. Lorsqu'il demeure stérile trop longtemps après la puberté, il devient inquiet et, s'avançant à travers le corps et coupant le passage à l'air, il gêne la respiration, provoque de grandes souffrances et toutes espèces de maladies. »

Au Moyen Âge, les hystériques (sorcières4, etc.) étaient considérées comme possédées par le diable et souvent brûlées. La célèbre affaire de Loudun à la fin du XVIIe siècle donne une idée de la peur que suscitaient ces femmes et implicitement tout ce qui se rattachait à leur sexualité.

Charles Le Pois fut l'un des premiers médecins à prétendre avoir localisé mentalement l'hystérie en 1618, et cette idée fut défendue âprement par Thomas Willis. Plus tard, le médecin Paul Briquet en décrivit systématiquement les manifestations qu'il a consignées dans son Traité de l'hystérie publié en 1855 et basé sur une clinique de 430 patientes vues à l'hôpital de la Charité à Paris. Il y définit la maladie comme une « névrose de l'encéphale dont les phénomènes apparents consistent principalement dans la perturbation des actes vitaux qui servent à la manifestation des sensations affectives et des passions ». Il dénombra un cas d'hystérie masculine pour 20 cas d'hystérie féminine. Il prétendait que cette affection était absente chez les religieuses mais fréquentes chez les prostituées. Il a aussi mis en évidence une composante héréditaire (25 % des filles d'hystériques le devenaient elles-mêmes). Il a encore mis en évidence que l'affection touchait les couches sociales inférieures et était plus fréquente à la campagne qu'en ville.

C'est ensuite le neurologue Charcot qui - tout en conservant l'idée d'une localisation cérébrale et à son corps défendant - promut l'idée d'une origine psychogène de l'affection en faisant apparaître et disparaître les symptômes par hypnose. Il décrivait les manifestations de la grande crise hystérique en cinq périodes :

    Les grandes attaques hystériques,

    les formes mineures (crise syncopale, la crise à symptomatologie de type extra-pyramidal, l'hystéro-épilepsie, les crises tétaniformes),

    les états crépusculaires et états seconds (l'état crépusculaire hystérique, d'autres états crépusculaires, dits aussi « états seconds »),

    les amnésies paroxystiques,

    les attaques cataleptiques.

Joseph Babinski proche collaborateur de Charcot a, lui, déploré le manque de précision des descriptions du trouble hystérique. Il a ainsi distingué ce que n'est pas l'hystérie : « une maladie localisable, susceptible d'une définition anatomo-clinique et d'une description par accumulation de signes » et ce qu'elle était : « les phénomènes pithiatiques qui peuvent être reproduits par la suggestion ». (Babinski forge les termes pithiatique, pithiatisme en lieu et place d'hystérique, hystérie en 1901). À la suite de ses travaux, la névrose est trop souvent devenue ce « qui n'existe pas pour les neurologues ». À l'opposé, Ambroise-Auguste Liébeault et Bernheim de Nancy défendaient l'idée que l'hystérie était d'origine affective et émotive en promouvant le traitement par psychothérapie. Dans la même période, le neurologue Paul Julius Möbius s'est aussi intéressé à l’hystérie en en donnant la définition suivante en 1888, définition qui précédait et annonçait les théories de Freud, Breuer et Janet : « Sont hystériques toutes les manifestations pathologiques causées par des représentations ». Puis : « Une partie seulement des phénomènes pathologiques correspond par son contenu aux idées motivantes, c.à.d. à celles provoquées par des suggestions étrangères et des autosuggestions, dans le cas, par exemple, où l'idée de ne pouvoir mouvoir le bras entraîne une paralysie de celui-ci. D'autres phénomènes hystériques, tout en émanant bien de représentations, ne leur correspondent pas au point de vue du contenu8. » Il prétendait ainsi que les manifestations hystériques sont idéogènes. "

Peter Stackpole. Elizabeth Taylor and Montgomery Clift. 1950.jpg

Peter Stackpole. Elizabeth Taylor and Montgomery Clift. 1950

22:06 03/06/2013 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

auto-adage

Le trouble est mon/l' organe vital le plus indécent, après le coeur.

portable prison.jpg

21:54 03/06/2013 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

30
mai

de plus en plus (ou de moins en moins)

« Acceptez les plaisirs qui vous sont donnés et n’essayez pas de les retenir. Ils vous rendent dépendants.
Les plaisirs et les centres d’intérêt de l’intellect sont une eau jaillie d’est et d’ouest. Goûtez-la puis laissez-la ruisseler. Quand la douleur survient, n’essayez pas d’imaginer des moyens de l’empêcher de revenir. Elle reviendra.
Le chagrin se condense au-dessus de la tête comme une couverture nuageuse, fait pleuvoir la douleur, se dissipe et s’en va. Et n’envisagez pas votre subsistance comme de simples allocations journalières. Planifiez moins votre vie, soyez moins rationnels. Quand vous tétiez les seins de votre mère, comptiez-vous les alvéoles sur ses mamelons ? Vous aviez tout le lait dont vous aviez besoin. »

Bahauddin Valad (1152-1231), maître soufi persan et père du célèbre poète mystique Rumi.

 

livre noyé.jpg


12:25 30/05/2013 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures, humoeurs |  Facebook

27
mai

Night Mères

 

tumblr_m9e0utHnXE1r27uheo1_500large

“A thinking woman sleeps with monsters.” —Adrienne Rich, from “Snapshots of a Daughter-in-Law”

11:10 27/05/2013 | Lien permanent | Tags : humoeurs, arts |  Facebook