30
jui

au bord d'un temps

2014 june 322.JPG

Le solstice a l'éternelle manière d'être un point de repère. Un entre deux appaisant ou aléatoire, mais un interstice diluant l'amont et l'aval.
Là, comme vous le voyez, au sein d'un sanctuaire de mouettes, sur un chemin sans balise, interdit aux inconnus, j'ai marché. Je me suis assise face à la mer, puis remise debout, comme une femme de marin. J'ai trouvé un chant, un espace entre la gorge et le ventre. J'ai murmuré. Rien n'a été entendu par personne. Ou tout le monde. Mon corps a eu peur. Il était question de vents, de falaise, de mon vertige du haut d'une chaise mais pas de cette.
Il y avait le coucher de soleil, des adolescents nus dans un bain d'avant minuit, et des amoureux sur les galets sous des plaids.
J'ai pris mes images intimes. Poussées dedans, elles sont agi. Sur moi, sur ma vision. La peur de tomber est arrivée. Je l'ai laissée passer. Un homme a crié du parapet à une cinquantaine de mètres de là, m'interdisant de. Je n'ai eu aucune envie de sauter, ni de le rassurer. Je me suis échappée des terres. Les mouettes dérangées striaient le ciel au dessus de mon scalp. Je suis descendue par l'herbe quand j'étais montée par le blé barbu et les ronces.
Ecrire le sauvage, l'intime, la densité n'est pas anodin; ça dit de soi de la manière la plus simple et la plus vulgaire. Sans le filtre du faire beau, ce sont des mots peu valides.
Je place ce contenu là pour ne pas l'oublier, surtout. Je me suis aimée au bord de ce temps.

23:43 30/06/2014 | Lien permanent | Tags : humoeurs, ego trip-e |  Facebook

18
jui

incorporer

DOSSIER CRITIQUE n°33

2014Mai 2014 (volume 15, numéro 5)
titre du numéro

Corpora corporis



Je veux gagner de l'argent dans ma vie et acheter un second cerveau et tous ces livres.

22:35 18/06/2014 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures |  Facebook

17
jui

GRAPHISTOLAGES - Atelier écritures et dessins - 5&6 juillet 2014

atelier graphistolages SD.jpg

Il reste des places pour cet atelier-ci.
Le lieu est à Schaerbeek (plus maison de la Francité)
inscriptions possibles / élans souhaitables.

22:36 17/06/2014 | Lien permanent | Tags : atelier |  Facebook

Once again and for ever, Saul Williams

Broadway’s Rebel, Tellin’ You to Hear It: A Portrait of Saul Williams

The mainstream Tupac musical Holler If Ya Hear Me is, in some ways, an act of defiance for the poet-actor-musician Saul Williams. Artists, after all, are here to disturb the peace.

Saul Williams, wearing a tattered long-sleeve shirt, his short dreads tilting off the right side of his head, is looking at a black-and-white photo of the late writer James Baldwin. The picture is leaning on the corner shelf inside Williams’s third-floor dressing room, tucked away in the south side of the Palace Theater in midtown Manhattan. In the photo, Baldwin is staring longingly into the camera, his eyes like two giant marbles, his chin resting in his hand.

“I don’t know if I have to read Baldwin right now,” says Williams, as he continues to gaze at the picture. “I feel like I sleep in the bed of Baldwin. I’ve read so much. So now I just look at him and everything comes at this point.”

Below Baldwin’s portrait are two paintings Williams did himself. One is of Tupac, the other of Miles Davis. Both are filled with vibrant blues, greens, yellows, and reds––a cornucopia of color, as varied as the additional artists and authors he’s selected to accompany him in his dressing room, from Allen Ginsberg to August Wilson to Howard Zinn. They’re all here to help inspire him and keep him occupied as he prepares for a new chapter in his constantly shifting oeuvre. This time, it’s for the lead in a Broadway musical called Holler If Ya Hear Me, a production that many have referred to as the “Tupac Musical.” But that’s a bit of a misnomer. The show, opening June 19, is not about the late rapper’s life. There is no character named Tupac, nor is there a Suge, a Dre, a Snoop, an Afeni, or a Biggie. Instead, Holler If Ya Hear Me is its own tale, one soundtracked by Tupac’s music. At the center of it all is Williams, a 42-year-old actor, poet, and activist.

Williams is a seasoned performer. He’s recited poems on thousands of stages, from the Sydney Opera House to London’s Queen Elizabeth Hall; released four full-length albums and five books; and collaborated with the likes of Trent Reznor and Rick Rubin. But Holler If Ya Hear Me is his first Broadway musical. The casting choice by Tony Award-winner Kenny Leon speaks to the magnitude of Williams’ previous work. Normally, if you’re casting a virgin Broadway lead, you go for a big-name actor who can sell tickets. While Williams may have a wealth of experience on stage and in front of the camera, he’s never been considered mainstream. (He’s had bit roles in major movies, like Lackawanna Blues and K-PAX, and one of his songs showed up ina now-infamous Nike commercial from 2008, but that’s about it.) The casting itself—and Williams’s acceptance of the show—has a rebelliousness to it, bringing to mind the words of Baldwin: “Artists are here to disturb the peace.”

 

***

Saul Williams was born in 1972 in Newburgh, New York. His mother was a schoolteacher and his father was a preacher. (Legend has it that his mom went into labor while at a James Brown concert.) Williams was interested in acting from an early age. Growing up outside New York City, he would often travel to Manhattan with his mother to watch some of the biggest shows of the era.

“I saw everything on Broadway in the ’80s,” says Williams, “so it’s always been something I’ve been connected to.”

 

140616-suskind-tupac2-embedHoller If Ya Hear Me (Joan Marcus)

Even before he was a teenager, Williams harbored dreams of being an actor. His goal was always to perform at Shakespeare in the Park, a production done each summer at the Public Theater. Williams continued to pursue that goal after high school, studying acting at Morehouse College in Atlanta, and then at New York University, in the Graduate Acting program at Tisch. At NYU, Williams finally felt like he was in his element—a place where he could study acting for 12 hours a day.

 

“I remember Saul as a very charismatic actor with a highly individual style and a poetic soul,” says Ron Van Lieu, a teacher of Williams’ at NYU and the current acting chair of the Yale School of Drama. Van Lieu, however, admits that the rigors of college may not have always coexisted with his student’s individuality. “I don't know that he was always happy with the rather narrowly prescribed curriculum of a classical theater training program,” he says. “There was a lack of opportunity for him to express his own unique artistry. Of course, many young artists find themselves through rebellion against the status quo.”

 

For Williams, that rebellion came through poetry and music. He soon began performing at open mic nights in the East Village. In 1996, after graduating, he was crowned the Nuyorican Poets Cafe’s Grand Slam Champion, which opened up even more avenues, and led to his role in Slam, an indie film that he helped co-write.

 

“I stand on the corner of the block slangin’ Amethyst Rocks / Drinkin’ 40s of mother earth’s private nectar stock dodging cops,” Williams’ character, Ray, screams in one of the movie’s most memorable sequences. The poetry, written by Williams himself, was raw and energetic. It had a rhythm that stuck to your bones.

 

“Saul’s poetry is in an elite class,” says Sonja Sohn, Williams’s co-star in Slam, who went on to star as Kima Greggs in HBO’s The Wire. “A lot of people miss what he’s saying because they don’t know where he’s pulling stuff from. You’ve got to know history, you’ve got to know Egyptian mysticism, you’ve got to know Dogon cosmology, you’ve got to know African-American history and literature, you’ve got to know so much to actually read into all of Saul’s work. He cross-pollinates references like no one I know, and then can still give it to you in a way where you can jump on the bike and ride it.”

 

‘Oh c’mon, they’re gonna cast Will Smith. The fuck do they care about authenticity?’

Slam went on to win the Grand Jury Prize for a Dramatic Film at the Sundance Film Festival, as Williams seemed poised to move to the next level of his acting career. However, he never did. While the number of roles he was offered increased, the parts and projects always felt like insults, more about the paycheck than the art.

“The number of opportunities I had to play drug dealers or detectives was absurd,” he says, matter-of-factly. “It was not necessarily work to sink my teeth into. And that kind of freaked me out, because I always loved acting, and the so-called opportunities that came were opportunities just to make money. But because of my publishing and speaking engagements and recording, I was making money.”

 

By then, Williams had moved down a different path. Soon enough, Rick Rubin was calling about producing Williams’s first album, Amethyst Rock Star.

“My life was hijacked by music and poetry,” he says with a smile. “In a cool way. In a very cool way.”

***

Williams first got a call about Holler If Ya Hear Me in April. It was 5 p.m. on a Thursday. The casting agent asked him whether he was interested in auditioning for the role the next morning. But Williams had a show that night, with the poet Carolyn Forché, and said he would only be able to give them a cold reading.

Williams wasn’t sure about the idea of a Tupac Broadway musical in the first place. At that point, he was mostly jaded about the industry, equating it to the Hollywood nonsense he had scraped the surface of years earlier. What does a major Broadway production care about getting Tupac right? he thought. What do they care about his music and his message? Williams mostly saw the audition invite as lip service.

“I was very much like ‘Oh, c’mon, they’re gonna cast Will Smith. The fuck do they care about authenticity?’” says Williams. “Not to say that he’s not authentic in the roles that he plays, but, you know what I mean?”

 

Though Williams was asked to audition the next day, the crew eventually pushed it back; Williams wouldn’t be seen until Friday the following week. However, the time he spent in between proved to be beneficial, as he began crawling through Tupac’s catalog, listening to old songs and dissecting his lyrics. His re-acquaintance with Pac, along with the few pages of the script he’d been handed, helped illuminate the show’s potential. “The first big surprise was they didn’t take any of the ‘niggas’ and the ‘motherfuckers’ out,” Williams says of the story. “So I was like ‘Fuck yeah, that’s what I am talking about.’”

By the time the audition came, he was hooked.

“I told [my wife], ‘I think I am in a position right now that if I don’t get it, it’s going to fuck me up.’ And I never wanted to be in that position,” says Williams. “I had a week to prepare. And by that time I am thinking ‘Who the fuck else are they gonna choose?’‘

 

He never got a chance to find out. The Monday after he auditioned, Leon asked Williams if wanted to play the role of John, a recently released prisoner who returns to his Midwest hometown and attempts to reintegrate himself into the community. When he heard the news, he did what any human being who’s just reached a lifelong career milestone would do. He cried.

***

One of the many books Williams keeps with him in his dressing room is called Atlas of the Transatlantic Slave Trade, which is described as “the first comprehensive, up-to-date atlas” of the 350-year history of slavery. It’s a large, detailed book, featuring hundreds of maps and lists recounting the path of the millions of kidnapped Africans who were brought in ships across the ocean. Of all the books he has on hand, Williams seems most enamored with this one.

“Every country where slaves came from, how many died on the ships, where they went in the Americas—we thought we didn’t have this stuff. Turns out we have all of it,” says Williams, as he flips through the pages. “And no one has seen it because this book has gotten no press in America. I have it here really for the people who come through, just so they can see it.”

 

Williams himself has spent plenty of time in Africa. In 1994, he traveled with his mother around the continent. While they were in Gambia, the country experienced a coup d’état. Williams and his mother were told to seek shelter with the American ambassador. However, instead of protection, they encountered hostility.

“I was there with the delegation of African-American teachers, and the CIA guy opened the door and was like ‘May I help you?’ And we were like ‘We’re American, we’re supposed to come here,’” recalls Williams. “He said, ‘Oh, well if I knew you guys were coming I would have put all the grits out the pantry.’ And we said, ‘Fuck you,’ and went back to our place.”

 

That revolutionary state of mind went hand-in-hand with Tupac’s message––an unwillingness to bow down to racists and hypocrites. Williams already understood the power of Tupac before he went overseas (that power was bolstered by the fact that images of Pac were all around Africa when Williams was there). While at Morehouse, Williams met the daughter of Assata Shakur. Assata, a former Black Panther currently on the FBI’s Most Wanted Terrorist List for her role in the murder of two New Jersey state troopers, was the sister of Tupac’s stepfather, Mutulu Shakur. Williams had read Assata Shakur’s biography when he was 18, but had never made the family connection until he got to school.

 

“When I realized more about his family around that time, then I really started paying attention,” says Williams. “This guy, his parents were Black Panthers. So when he talks about the criminal justice system, it’s not just because he’s been to prison, he’s learned extensively what has happened… That’s someone who’s reading the fuck out of a book and understanding extensively what Howard Zinn is talking about or Noam Chomsky or any of these characters... I was always enamored by [Tupac]. I thought he was brilliant.”

 

Like Tupac, Williams has spoken extensively about slavery and the systemic discrimination of blacks in America. In “Panther Power,” Tupac raps, “They kept my ancestors shackled up in slavery / And Uncle Sam never did a damn thing for me / Except lie about the facts in my history.” For Williams, in “Amethyst Rocks,” he states “Stealing us was the smartest thing they ever did / Too bad they don’t teach the truth to their kids.”

After joining the show—and before he had met the rest of the cast—Williams began to worry about his co-stars’ ability to recite Tupac’s lyrics on stage. Pac may not be as verbose as other rappers of his time, but his flow is intricate, and complicated to replicate. Fortunately for Williams, he “fell in love with the ensemble immediately.” He even found a kindred spirit in co-star Christopher Jackson, who trades many of the rapper’s most cherished verses with Williams during the show.

 

“This guy, his parents were Black Panthers. So when he talks about the criminal justice system, it’s not just because he’s been to prison, he’s learned extensively what has happened.”

“I got to make sure I eat my Wheaties every night,” says Jackson, about performing with Williams on a daily basis. “When he’s spitting you feel like you’re in the presence of greatness. His writing voice is so dynamic and filled with so much power and heart and passion and truth. He just goes in and you can’t help but stand there in awe.”

Jackson has been following Williams’ career for years (he admitted to watching Slam an estimated 10 times). The chemistry came easy between them. A bonus for Jackson is the privilege of collaborating with an artist whose work he’s always admired. In fact, during one of the last rehearsals, Jackson and the cast got a special treat, as Williams recited “Ohm,” a meditative account of life and hip-hop culture, along with Jackson’s favorite piece. A brief excerpt from the poem:

 

Through meditation I program my heart

To beat breakbeats and hum basslines on exhalation

Ohm

I burn seven day candles that melt

Into twelve inch circles on my mantle

And spin funk like myrrh

Ohm

“I wish I could rewind that moment at that time,” says Jackson. “It captured everything that we as a company were feeling as we were about to head into the theater and leave rehearsals to start tech. I couldn’t think of a more fitting verse than he recited. It was exactly what we needed to hear and move onto the next stage collectively.”

 

***

For Williams, the road after Holler If Ya Hear Me is already partially mapped out. After the show closes, Williams plans to continue working on his own hip-hop theater piece, one he’s worked on for a year and a half. Called Martyr Loser King, it’s a multimedia work that includes a performance component, original music, and a graphic novel with illustrations from artist Ronald Wimberly.

 

Though Williams spent the last four years of his life living in Paris and moved back to New York to do work on Martyr Loser King, he’s once again taking a detour. In the meantime, he will continue to use the same training and techniques that he learned when he was in school. Even as a poet, Williams considered himself an out-of-work actor creating a musical character, like he does in his third album, the Trent Reznor-produced The Inevitable Rise and Liberation of NiggyTardust!  

 

"I always felt like that’s what informed me in the poetry world, my theater training," he says. "I have never been shy on stage, and I knew everything about presence and connecting about your audience... basically how to rely on technique when the muse doesn’t strike. Otherwise you just learn how to be free and open and not fall into the traps of constricting your voice or losing connection."

 

Of course, like anything Williams has trained for, it’s about repetition. For now, he is using it to recite some of the greatest rap lyrics ever written eight times a week. The goal is to teach Broadway audiences about the message of Tupac Shakur and to continue to showcase the influence and authority rap can have on the masses.

“It’s like the power of prayer,” Williams says of hip-hop. “There is a reason priests say a million Hail Marys, because the process of saying that mantra, the idea of saying it aloud, and the sound vibration has that sort of effect. And hip-hop is so much about Say it with me, say it again, put your hands up and say it again!”

from http://www.thedailybeast.com/articles/2014/06/17/broadway-s-rebel-tellin-you-to-hear-it-a-portrait-of-saul-williams.html

22:34 17/06/2014 | Lien permanent | Tags : arts, humoeurs |  Facebook

6
jui

Autrice en classe - Liège

Pour la troisième fois, je suis invitée dans le cadre cadrant et cadré de l'activité Ecrivains en Classe.

J'aime bien aller dans les écoles, titiller les stéréotypes sous lesquels les poètes croulent et explorer avec ceux qui étudient (plus ou moins de manière classique) le français plus que l'écriture, la lecture comme un fardeau, souvent, quand même, à part quelques exceptions bien entendu.

Je préfère les élèves de secondaire pour parler, les élèves de primaire pour écrire.

La dernière fois,c'était à Liège, dans une école dite huppée, dite catho, dite ce qu'on veut dire d'elle.
Pour moi, ça ne change rien, j'y vais avec ce que je suis et ce que je fais et ceux que j'aime (en livres). Performances comprises. Langue de fer inclue.

Je place mon corps épais et tatoué au milieu de la classe, je me frotte (la fois passée, littéralement) à leurs corps physiques les débordant, les poussant et leurs corps mentaux les bridant, les encerclant.

Là, ils avaient des questions avant que j'arrive J'ai préféré improviser, parler de trucs d'écriture et de lecture, montrer des livres et faire claquer ma voix. On a parlé de la poésie comme révolution (pas comme rébellion), de la poésie comme liberté (pas comme exutoire), de la poésie et de son écriture comme passerelle (pas tunnel).

Ils ont joué au jeu de la "provocation" du corps et des mots que j'ai apportés. Ils ont été attentifs.

Une enseignante a ensuite envoyé les questions qu'ils avaient posé. J'ai joué le jeu de l'entretien à posteriori.
Je le copie ici, parce que je l'aime bien, parce que ça dit sur ce que je suis et vu que je suis sur mon blog, je me gène pas...

"

 

Semaine sur l’Esprit d’entreprendre 2014

Rencontre avec Milady Renoir

 

·         Pourquoi écrivez-vous ? Pourquoi avoir choisi la poésie ?

J’ai appris à écrire et lire très tôt. Je lisais des Comics et des Bandes Dessinées. Les univers graphiques ont développé chez moi une mémoire photographique et une sensibilité visuelle. J’ai aussi entendu beaucoup de chanteurs-poètes dans ma famille (Léo Ferré, Jacques Brel, Georges Brassens, Maurice Fanon, …). Mon père est un homme de lettres, d’amour de la poésie. J’ai été bercée. La poésie m’a un peu choisie et j’ai choisi la poésie parce que je trouve la poésie tout à fait libre, d'une liberté  exacerbée. La poésie est libre de tout, elle existe pour elle-même, n’a rien à prouver. Elle peut cependant dénoncer, accuser, revendiquer, donner sa vision du monde, explorer l'inattendu et servir à sortir de soi (si nécessaire).

·         Pourquoi combinez-vous poésie et arts plastiques ?

La photographie est arrivée il y a 6 ou 7 ans. Toujours en rapport avec mon contact visuel aux choses. J’ai un radar quand j’arrive dans un endroit, je repère des détails, des trucs que personne ne capte. La photo pour moi est une façon de capt(ur)er ce qui m’entoure. Je m’empare de ce que je vois, tentant  de laisser un mystère dans le résultat de l'emparement. J’aime l’abstraction en photographie, comme en peinture. Je perçois une multitude de passerelles entre les arts. Je ne conçois pas les arts séparés de la vie et ne conçois pas les arts sectorisés entre eux.

·         Depuis quand écrivez-vous ? A quelle fréquence ? Dans quelles conditions ?

 J’écris pour des lecteurs depuis une dizaine d’années, et plus « professionnellement » depuis 8 ans. Avant, j’écrivais pour moi, dans un journal intime, espérant secrètement être lue. J’écris un peu tous les jours, pas très longtemps. J’écris vite. Si je suis en état d’écriture, je peux écrire un texte poétique d’une page A4 en 5 minutes. Si je ne me sens pas écrire, je peux galérer pendant des jours sur un texte court. J’écris chez moi, plutôt seule et avec l’influence de la musique ou de la télé en fond sonore. J’aime aussi écrire dans les bars, les cafés, en terrasse, face aux gens qui passent. J’observe et je me laisse porter par les émotions, je n’écris pas de descriptions littérales de ce que je vois, je me laisse « polluer » par les mouvements, les allures, les actions des gens et la vision globale de ce qui est devant moi. Je laisse ensuite l'écriture faire son chemin en moi, avec le lot de symboliques, de réflexions métaphysiques ou de questionnements personnels qu'elle véhicule.

 ·         Partez-vous souvent de votre vécu ? Où puisez-vous votre inspiration ?

Je transforme mon vécu le plus possible, je déplace le sujet. Pourtant, j’utilise fréquemment le JE (ou le elle) dans mes textes. En fait, ce n’est pas moi. C’est moi qui écris mais je suis autre dans l'écrit. Je me rajoute des couches, des voix jusqu’à perdre le lecteur, jusqu’au doute et au mystère.

Mon inspiration est multiple. Elle vient d’émotions fortes, douces ou rugueuses. Elle vient de mes lectures, aussi. Je lis une histoire, un poème, un e-mail, je reçois les actualités du monde en pleine tronche ou un sms qui me touche. Bref, ce que je lis me donne souvent envie d’écrire.
Presque tout est support d’écriture. La vie en entier peut être digne d’être racontée. A voir la manière et le mode et le moyen de l'écrire. La majorité du temps, la validité de la création pour un artiste c’est la manière dont il transforme sa vie, sa réalité et sous quelle(s) forme(s) il va tenter l'alchimie. On peut raconter un accident de vélo de mille façons différentes et peut-être que 247 façons seront intéressantes et qu’il faudra jeter les autres versions. (Cf. Exercices de style de R. Queneau). Il y a des langues, des voix, des styles d’artistes qui font que le banal ou le commun est augmenté, amplifié, ampoulé jusqu’à devenir autre chose. Et cet autre chose devient terreau de réflexion et de sensation.
L’art est une transformation, une transfiguration.

·         Combien de temps vous faut-il pour écrire un texte ?

 Juste répondu au dessus.

 ·         Que faites-vous quand vous n’écrivez pas ?

J’anime des ateliers d’écriture dans lesquels j’écris aussi. Je réponds à mes 40-80 mails par jour. Je vis seule avec mon fils Cassius qui a bientôt 6 ans. J’aime mon amoureux. Je change la litière de mes 3 chats. J’organise des soirées culturelles ou débiles. Je fais des performances (qui sont souvent écrites même si je n’utilise pas forcément ces textes durant les performances). Je range ma chambre. Je bois des thés au lait dans des bars glauques en Flandre. Je rêve. J’écoute le monde tourner.

·         Poursuivez-vous un but dans vos textes, voulez-vous faire passer des messages… ?

Je ne fais pas partie des poètes typiquement politiques ou polémiques, je traite néanmoins de sujets d’une manière qui font qu’on sent que je refuse la docilité, la pression de la société, du patriarcat. Je défends des valeurs, elles traversent mes textes de manière plutôt « floue » ou subtile (enfin, je dis ça mais je ne crois pas qu'on m'attribuerait l'épithète 'subtil' à la lecture de mes textes).
J’adresse souvent des personnages dans mes textes, je leur donne une voix et je les fais parler, de sorte qu’ils se positionnent, qu’ils valident ou infirment des postures, des positions. Comme le théâtre, le roman, la nouvelle, la poésie dit quelque chose à quelqu’un. Il n’y pas, pour moi, de texte anodin. Même quand c’est ennuyeux, mièvre ou au contraire, violent, ça dit quelque chose à quelqu’un. Donc, je ne cherche pas typiquement à revendiquer ce que je suis mais ma voix (mon style) n’est pas celle d’une autre non plus, forcément, il y a ma vie et ma façon de la d-écrire qui donnent une adresse. Et je suis constamment révoltée dans mon quotidien, ça transperce mes écrits même si je ne donne pas un avis précis.

·         Retravaillez-vous beaucoup vos textes ?

Ça dépend du support. Les textes sur mes blogs sont bruts, ils jaillissent et ils restent là, publiés sur le net. Les textes de commande (une revue, un magazine, un recueil fait appel à moi) sont retravaillés, ciselés. Je les laisse reposer après l’écriture et j’y reviens un peu plus tard. Quand des textes réunis forment un recueil personnel, alors, j’attends que tous les textes qui le composent soient « finis » et je lis l’ensemble et je vois où ça colle et où ça cloche.

Je retravaille pas mal de tapuscrits d’autres auteurs avec eux, par contre. Ça m’a forgé un œil aguerri en termes de cohérence narrative, de défauts de personnages… donc, le travail pour les autres forge le travail pour moi.

·         Êtes-vous toujours satisfaite de ce que vous écrivez ?

          Non et heureusement. Par contre, quand je suis satisfaite, je me réjouis, je m’autorise la fierté. Parfois, des années après, je tombe sur un « vieux » texte et je suis épatée ou j’ai honte. Par contre, je ne me souviens pas de ce que j’ai écrit donc souvent une surprise de me relire, que je sois contente ou pas.

·         Quel est votre public ? Êtes-vous connu à l’étranger ? Comment faites-vous vous pour vous faire connaître ?

Je n’ai pas de public à proprement parler. Mes performances, mes lectures ont touché des gens très différents. Je n’écris pas de manière classique mais beaucoup de gens ont trouvé au sein de mes textes des échos à leur vie, à leur envie. Je ne suis pas connue à l’étranger, ni même en Belgique, mais je ne sais pas définir ce que c’est d’être connu.
Je diffuse le plus possible mes activités artistiques sur le net, via Facebook, mes blogs. J’ai créé le personnage de Milady Renoir pour qu’elle vive des trucs à ma place, pour qu’elle déborde, qu’elle frime, qu’elle agisse sans que je puisse être embêtée.

·         Selon vous, quelle est la place des écrivains (et plus particulièrement des poètes) dans la société actuelle ?

Il y a toujours eu, de tout temps, de nombreux écrivains, philosophes, sociologues, poètes qui se sont positionnés dans la société, pour ou contre une dictature, pour ou contre la guerre… les écrivains, les poètes, les artistes défendent souvent leur point de vue sans concession. La « plume » peut être une arme terrible. J’ai parfois une nostalgie d’une époque que je n’ai pas vécue. Je regrette que les People prennent la parole à tort et à travers (de travers…). J’aimerais que des poètes puissent être des alliés du progrès. Ecoutez des poètes comme Gherasim Luca ou Serge Pey défendant des valeurs de paix, de lutte contre l’oppression, d’amour, d’égalité. Ça parait (peut-être) un peu désuet de défendre ces valeurs là mais c’est fondamental et essentiel. En Belgique (et en France), les budgets de la culture sont alloués à des monuments rénovés qui coûtent des millions mais pas à des festivals ou des petits lieux d’exploration… alors, c’est bien pour la vitrine, ça fait bien mais en fait, c’est une organisation de la pensée, on nous donne ce qu’on doit recevoir, on nous donne de l’évidence, du grand public, de la culture de masse, plutôt que de laisser la place à une multitude de lieux, que les gens puissent choisir ce qu’ils veulent, et qu’ils puissent explorer d’autres univers afin de se former un esprit critique…

·         L’activité d’écrivain est-elle financièrement rentable ? Sinon, quelle(s) activité(s) exercez-vous ?

Des lectures publiques, des interventions dans des écoles ou des centres culturels ou des bibliothèques, des participations à des festivals littéraires sont des activités généralement rémunérées. Les droits d’auteur sur des publications sont perçus en fin d’année. On pouvait jusqu’à il y a peu être au chômage en étant artiste et bénéficier d’un statut d’artiste, c'est-à-dire qu’on pouvait garder la même somme d’allocation de chômage pendant qu’on prouvait qu’on était dans une activité artistique. Mais les lois ont été réinterprétées et de très nombreux artistes ont perdu leur statut, moi y compris. Souvent, des artistes, des poètes, des écrivains vivent de très peu, obtiennent des bourses auprès de structures culturelles, de l’état. Souvent aussi, les artistes ont un métier à côté et exercent leur activité artistique en plus. Je connais de très nombreux artistes, ils travaillent partout et beaucoup, dans de très différents secteurs et ne gagnent pas des miracles. À part quelques exceptions, bien entendu. Si la société repayait des dividendes sur ce que les artistes permettent aux villes, aux organisations, aux sociétés, la culture (mais peut-être pas l'art) s'en porterait mieux.

·         Quels conseils donneriez-vous à des jeunes qui voudraient se lancer dans une carrière littéraire ?

De lire, d’écrire, de se lancer justement. De nombreux ouvrages écrits par des écrivains parlent de leur pratique. Ils donnent des indices sur ce que c’est d’écrire, pour eux. Les ateliers d’écriture sont un bon déclencheur pour débuter ou rester en écriture. C’est important de se laisser des temps libres pour lire et écrire (les deux sont liés pour moi). Aussi, visiter des lieux où les livres sont, sont lus. Bibliothèques, librairies, festivals, … et multiplier les références, les ressources, en acceptant l’héritage classique et cherchant la singularité, l’originalité. Toucher à beaucoup pour trouver sa voie, sa voix. Sortir dans le monde et retourner dans sa caverne, en alternance est un va-et-vient salutaire pour moi en tout cas.

·         Appartenez-vous à un courant artistique ? Y a-t-il un courant dont vous vous sentez proche ? Vous considérez-vous comme un avant-gardiste ?

Je suis une performeuse, une poétesse organique dis-je pour me situer. On repère dans l’histoire de l’art le courant de la performance depuis les années 1910 – 1920, déjà.
Le mouvement Dada, le mouvement Surréaliste, le mouvement Beat Generation, le mouvement Féministe et Queer sont des courants que j’aime et suis pour leur philosophie, leur fantaisie, leur revendication, leur esthétique, leurs délires, …

À mon avis, on ne peut pas être jugé ou nommé avant-gardiste avant d’être mort. Les gens qui disent qu’ils sont avant-gardistes sont souvent ringards.

·         Quels sont les auteurs que vous aimez ? Quels auteurs voudriez-vous rencontrer ?

La liste est longue et la bibliographie que j’ajoute à cet entretien est un bon échantillonnage des auteurs que j’aime… En vrac, je vous cite Chloé Delaume, Violette Leduc, Pascal Quignard, Vincent Tholomé, David Van Reybrouck, Grisélidis Réal, Hugo Claus, Joyce Mansour, Anne Waldman, William Burroughs… etc. etc.

J’ai rencontré quelques auteurs que j’aime beaucoup. J’aurais adoré rencontré Colette ou Arthur Cravan pour déconner avec eux et rire et fumer ce qu'ils auraient voulu qu'on fume ensemble. Certains auteurs que j’admirais pour leur écriture m’ont déçue dans la vraie vie. Mieux vaut parfois rester dans le fantasme.

·         Avez-vous des modèles ?

 Des modèles d’auteurs non, mais des modèles d’écriture oui. Des genres que j’affectionne. Et des livres (au delà des auteurs) qui m'ont marqué.

·         Avez-vous une muse ?

 La vie. La mort. L’amour. La violence. Et le lien entre ces 4 concepts / 4 espaces-temps.

 ·         Que pensez-vous de la littérature actuelle ?

C’est bien trop vaste et complexe pour répondre en quelques phrases. Je n'ai pas étudié la littérature (ni rien du tout d'ailleurs) et ne la suis pas de trop près. Je n’ai pas d’avis très recherché car je choisis « ma » littérature, je vais vers les livres que j’aime, que je sens, donc, je suis rarement déçue. J’ai travaillé 7 ans à la Maison des Littératures à Bruxelles (Passa Porta), j’ai vu et entendu des auteurs vivants, parfois, j’aurais préféré qu’ils soient morts. ;-)

·         Vous imposez-vous des contraintes d’écriture ?

Oui, très souvent. Surtout que j’anime depuis 2003 des ateliers d’écriture, donc les contraintes sont comme « naturelles » chez moi.

·         Est-il facile de se faire éditer quand on est poète ?

Heureusement, il y a quelques « petites » maisons d’édition en Belgique et en France. Mais ce n’est pas facile. Aucune édition ou publication n’est facile. Les éditions Maesltröm qui me publient font confiance à de jeunes auteurs. Ils publient aussi des grands noms de la poésie. Être édité ne veut pas dire être diffusé et c’est souvent le véritable problème. La poésie peut être publiée sur les murs, des affiches, dans des livrets auto-édités, dans des lieux communs... La diffusion sauvage est un beau moyen de se montrer au monde, monde qui a besoin de poésie, évidemment.

Bien heureux les jeunes poètes de « nos jours » qui peuvent publier sur des blogs, des sites, des revues en ligne et qui peuvent aussi auto-éditer leur recueil… on peut inventer un support (j’ai montré des recueils pliés à la maison, des booklegs, …) et le distribuer rapidement, en version papier ou numérique. Je répète: Un post-it sur un mur du métro ou un graffiti sur le trottoir devant l’école est déjà une publication.

 ·         Pourquoi publiez-vous si peu ?

 Je publie sur internet quasi toutes les semaines. J’ai potentiellement 1000 fois plus de lecteurs sur facebook ou sur les blogs que j’alimente qu’en version papier. Je suis aussi paresseuse, je termine mal mes projets d’écriture. J’ai environ 15 idées de roman par mois et pas assez de temps ou de discipline pour les achever."

Voilà, ça c'est fait.

bonnel-resto_papier.jpg

Je remercie les enseignants de cette école à Liège d'avoir permis la rencontre avec ces 200 élèves (nom de nom).

20:42 06/06/2014 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures, act-u |  Facebook

31
mai

en chiffres, en lettres

Emmeline 1981.jpg1981

mi2013.jpg 2013

Lieux de vie(s):

13-02-1975: Sucy-en-Brie
1975-1976: Champigny-s/Marne
1977: Lailly-en-Val / Dry / Beaugency
1978: Chelles / Montfermeil / Gagny / Fossoy
1993: Paris
Juin 1995: Londres
1er juin 2000: Bruxelles

39 ans partout / nulle part - 14 ans ici.

21:37 31/05/2014 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

26
mai

Masterclass et atelier d'écriture avec/entre Perrine Le Querrec & Milady Renoir @ La Bellone

masterclass Perrine Le Querrec & Milady - 14juin14 kalame.jpg

18:30 26/05/2014 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures, act-u |  Facebook

Résumé de la 45ème soirée filles avec un cerveau (chacune) – 23 mai 2014 @ Amélie’s & Milady’s

Chaque fois que c’est coloré&souligné, c’est qu’un lien vers quelque chose attend son clic… cliquez donc et hop, le monde s’ouvre.

* Dorothée : Berty Albrecht – en vue d’un spectacle (Cf. revue féministe « Problème sexuel »

* Alice : CLAIR DE FEMME de Romain Gary – extrait : " On rencontre un type, on essaie de le rendre intéressant, on l'invente complètement, on l'habille de qualités des pieds à la tête, on ferme les yeux pour mieux le voir, il essaie de donner le change, vous aussi, s'il est beau et con on le trouve intelligent, s'il vous trouve conne, il se sent intelligent [...] s'il est mufle, vous vous dites qu'il est nature, et vous continuez ainsi à faire des pieds et des mains pour nier l'évidence, alors que ça crève les yeux et c'est ce qu'on appelle les problèmes du couple, le problème du couple, quand il n'est plus possible de s'inventer l'un l'autre, et alors, c'est le chagrin, la rancune, la haine, les débris que l'on essaie de faire tenir ensemble à cause des enfants ou tout simplement parce qu'on préfère encore être dans la merde plutôt que se retrouver seule. Voilà. "

* Catherine : LE SUICIDE ET LE CHANT, recueil de poèmes très courts appelés 'landays' / Poésie populaire des femmes pashtounes recueillie par Sayd Bahodine Majrouh.

* Perrine D. : LIGNES DE FAILLE de Nancy Huston

* Virginie : avait apporté qqch du fond de la mer…

 

girlz,humoeurs,poly-tiques

 

* Suzy : Tarot de Marseille… question(s) / réponse(s) / états des lieux.

* Sarah : bagues faites maison

* Amélie : Le jour où j’ai arrêté de me laver les cheveux (avec du shampoing)

* Perrine L: un cyclope et autres « monstres » / catalogue du musée Dupuytren, musée d'anatomie pathologique à Paris.  + LE PLANCHER (éditions les doigts dans la prose) + Le plancher de Jeannot (œuvre et texte)

* Pauline Yun : cartes noires à gratter avec scalpel et abstractions sonores.

* Nathalie : Livres de cuisine (Phaidon)

* Milady : tabatière cosmologique Dogon / Bouteille peut-être sacrificielle de bois et caïmans venue de Haïti / Wilder Mann ou la figure du sauvage de Charles Freger… zoomorphie et sauvagerie + cultures, légendes d’ici, du proche, de l’à côté.

girlz,humoeurs,poly-tiques


+ références extra-personnelles :
RENCONTRE DU TROISIÈME GENRE...
+ Problèmes éthiques posés par l’Assistance Médicale à la l’Assistance Médicale à la Procréation /
+ L’anonymat des dons d’engendrement est-il vraiment « éthique » ? /
+ SI PAR UNE NUIT D'HIVER UN VOYAGEUR, Italo Calvino
+ l’histoire par les femmes

girlz,humoeurs,poly-tiques

PROCHAINE EN SEPTEMBRE... chez...?

18:24 26/05/2014 | Lien permanent | Tags : girlz, humoeurs, poly-tiques |  Facebook

14
mai

Demain, Potentia Gaudendi

POTENTIA GAUDENDI - flyer 15 mai - AventinRenoir @FiEstival Maelström.jpg


La veille d'une performance, le corps cherche les murs, les limites, les territoires. Les glandes endocrines triangulaires produisent leur taux, leur intention. Le mental agite son bocal. Que sera ce moment? Qui sera là pour être avec? Comment appréhender en ce temps réduit et dense la pensée, le travail, la vigueur de plusieurs semaines de mise en commun. Demain, je ne serai pas seule. Christine Aventin est une autrice que j'admire, que je conçois comme géniale, mentale et organique. Demain, nos présences seront condensées, monstrifiées en bêtes scéniques, attendues par nous et le public, qu'il soit un ou cent. Echappatoire, exutoire, couloir. C'est dans cet état de veille de lendemain que je fais la vaisselle, que je prépare les tartines de Cassius, que je change la litière des chats, que je range le linge plié, que je marche, que je pisse, que je prépare... l'attente, la pression sanguine, l'appréhension, la Potentia Gaudendi... potentialité de jouissance.

merci à Nicolas Marchant pour l'attention portée aux détails, à l'horizon et à la technique créative qui soutient la performance de demain.

08:56 14/05/2014 | Lien permanent |  Facebook

27
avr

Chant de moi-même

Disks Bearing Spirals (1923) DUCHAMP.jpgWalt Whitman, un cosmos, de Manhattan le fils, Turbulent, bien en chair, sensuel, mangeant, buvant et procréant,

Pas sentimental, pas dressé au-dessus des autres ou à l’écart d’eux
Pas plus modeste qu’immodeste.

Arrachez les verrous des portes!
Arrachez les portes mêmes de leurs gonds!

Qui dégrade autrui me dégrade
Et rien ne se dit ou se fait, qui ne retourne enfin à moi.

A travers moi le souffle spirituel s’enfle et s’enfle, à travers moi c’est le courant et c’est l’index.

Je profère le mot des premiers âges, je fais le signe de démocratie,

Par Dieu! Je n’accepterai rien dont tous ne puissent contresigner la copie dans les mêmes termes.
A travers moi des voix longtemps muettes

Voix des interminables générations de prisonniers, d’esclaves,

Voix des mal portants, des désespérés, des voleurs, des avortons,
Voix des cycles de préparation, d’accroissement,
Et des liens qui relient les astres, et des matrices et du suc paternel.
Et des droits de ceux que les autres foulent aux pieds,
Des êtres mal formés, vulgaires, niais, insanes, méprisés,
Brouillards sur l’air, bousiers roulant leur boule de fiente.

A travers moi des voix proscrites,
Voix des sexes et des ruts, voix voilées, et j’écarte le voile,
Voix indécentes par moi clarifiées et transfigurées.

Je ne pose pas le doigt sur ma bouche
Je traite avec autant de délicatesse les entrailles que je fais la tête et le coeur.
L’accouplement n’est pas plus obscène pour moi que n’est la mort.
J’ai foi dans la chair et dans les appétits,
Le voir, l’ouïr, le toucher, sont miracles, et chaque partie, chaque détail de moi est un miracle.

Divin je suis au dedans et au dehors, et je sanctifie tout ce que je touche ou qui me touche.
La senteur de mes aisselles m’est arôme plus exquis que la prière,
Cette tête m’est plus qu’église et bibles et credos.

Si mon culte se tourne de préférence vers quelque chose, ce sera vers la propre expansion de mon corps, ou vers quelque partie de lui que ce soit.
Transparente argile du corps, ce sera vous!
Bords duvetés et fondement, ce sera vous!
Rigide coutre viril, ce sera vous!
D’où que vous veniez, contribution à mon développement, ce sera vous!
Vous, mon sang riche! vous, laiteuse liqueur, pâle extrait de ma vie!
Poitrine qui contre d’autres poitrines se presse, ce sera vous!
Mon cerveau ce sera vos circonvolutions cachées!
Racine lavée de l’iris d’eau! bécassine craintive! abri surveillé de l’oeuf double! ce sera vous!
Foin emmêlé et révolté de la tête, barbe, sourcil, ce sera vous!
Sève qui scintille de l’érable, fibre de froment mondé, ce sera vous!
Soleil si généreux, ce sera vous!
Vapeurs éclairant et ombrant ma face, ce sera vous!
Vous, ruisseaux de sueurs et rosées, ce sera vous!
Vous qui me chatouillez doucement en frottant contre moi vos génitoires, ce sera vous!
Larges surfaces musculaires, branches de vivant chêne, vagabond plein d’amour sur mon chemin sinueux, ce sera vous!
Mains que j’ai prises, visage que j’ai baisé, mortel que j’ai touché peut-être, ce sera vous!

Je raffole de moi-même, mon lot et tout le reste est si délicieux!
Chaque instant et quoi qu’il advienne me pénètre de joie,
Oh! je suis merveilleux!
Je ne sais dire comment plient mes chevilles, ni d’où naît mon plus faible désir.
Ni d’où naît l’amitié qui jaillit de moi, ni d’où naît l’amitié que je reçois en retour.

Lorsque je gravis mon perron, je m’arrête et doute si ce que je vois est réel.
Une belle-de-jour à ma fenêtre me satisfait plus que toute la métaphysique des livres.
Contempler le lever du jour!
La jeune lueur efficace les immenses ombres diaphanes
L’air fleure bon à mon palais.
Poussées du mouvant monde, en ébrouements naïfs, ascension silencieuse, fraîche exsudation,
Activation oblique haut et bas.
Quelque chose que je ne puis voir érige de libidineux dards
Des flots de jus brillant inondent le ciel.

La terre par le ciel envahie, la conclusion quotidienne de leur jonction
Le défi que déjà l’Orient a lancé par-dessus ma tête,
L’ironique brocard: Vois donc qui de nous deux sera maître!

Walt Whitman (Traduction d’André Gide) - art by MARCEL DUCHAMP (Disks Bearing Spirals (1923

15:33 27/04/2014 | Lien permanent | Tags : humoeurs, lis tes ratures |  Facebook

Kosmos

Who includes diversity and is Nature,
Who is the amplitude of the earth, and the coarseness and sexuality of the earth, and the great charity of the earth and the equilibrium also,
Who has not look’d forth from the windows the eyes for nothing, or whose brain held audience with messengers for nothing,
Who contains believers and disbelievers, who is the most majestic lover,
Who holds duly his or her triune proportion of realism, spiritualism, and of the æsthetic or intellectual,
Who having consider’d the body finds all its organs and parts good,
Who, out of the theory of the earth and of his or her body understands by subtle analogies all other theories,
The theory of a city, a poem, and of the large politics of these States;
Who believes not only in our globe with its sun and moon, but in other globes with their suns and moons,
Who, constructing the house of himself or herself, not for a day but for all time, sees races, eras, dates, generations,
The past, the future, dwelling there, like space, inseparable together.
 
 
Walt Whitman
Inka-Järvinen.jpg
 
Une dispersion dans le cosmos peut sûrement être plus véritable que celle dans la ville.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
(Art by Inka-Järvinen)

14:17 27/04/2014 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

26
avr

la nuque est un relief sans détour

Je suis Conne
mais
je n'aime que l'horizon.

(celui que tu offres entres dedans).

nuque montante.gif

sauve qui sait.

15:54 26/04/2014 | Lien permanent | Tags : humoeurs, luv |  Facebook

20
avr

POTENTIA GAUDENDI (performance) - Christine Aventin & Milady Renoir - 150514 @ FiEstival

POTENTIA GAUDENDI - flyer 15 mai - AventinRenoir @FiEstival Maelström.jpg
24 min environ de PresenZ.

17:23 20/04/2014 | Lien permanent | Tags : arts, act-u |  Facebook

11
avr

elle a dit.

"j'ai l'extrême chance ou désobligeance d'être exactement entre deux voies, je ne parviens pas à décrire si elles sont parallèles ou perpendiculaires. La voie dite spirituelle et la voie du pied-à-terre. ça m'est arrivé avant, à des points de vie, de vue variés, accompagnés ou seuls. Ici, une forme de variation. je ne me sens pas à choisir ou être entre deux eaux, juste être devant deux chemins aussi illuminés ou lumineux qu'indéfinis et obscurs.

Family Album 017
Ce qui est embarrassant devant cette perception de ce qui vient, ce n'est pas tant qu'il y a choix à faire puisque je n'ai ni force ni envie ni même obligation de le faire, il n'est pas de dichotomie optionnelle à accomplir, mais c'est la place que je prends face au seuil, ou la place que je ne sens pas. Je n'ai aucun mot, aucune précision quant à la ligne qui invite à ces chemins, je suis incapable de tenir la craie et dire, ici, ce sera les buts, ici, la prison, ici, la marelle, ici, la terre. Question de force, comme déjà dit, question de vision aussi. Je n'ai pour une fois qu'un seul épithète pour compagnon de route: imperceptible.
Et cette division entre le corps présent pesant que j'utilise et l'esprit que je veux changeant et déridé (mais souvent, je suis figée, installée, lourde) permet l'absence de frontière. Oui, il me manque une frontière. Du coup, la zone comme dans The Stalker est exactement partout, au delà ce que son étymologie indique. Un no man's land éthéré, proche d'un concept.
Du coup, quand je dois marcher, parler, manger, dormir, faire, exprimer, bref, effectuer les tâches humaines, être avec sous à côté dans les autres, je ne prends pas position, ni posture, ni pose, je ne sais pas où je suis au sein de ce tout géant et grouillant, je ne dis rien, j'évacue parfois autour d'une Kriek sous un arbre, autour d'un gâteau inventé surnommé l'oreille de Totoro, autour d'une vapeur féminine, autour d'une éjaculation masculine ou interne, mais rien ne me semble familier puisque tout semble si étendu, distendu, tordu. Oui. L'espace trop grand créée une distorsion de l'espace-temps que je croyais connaître puisque j' suis née, j'y grandis et j'y mourrai. Je ne peux pas me sentir puisque tout est tellement plus/trop grand. C'est la souche, ce mot qui me fait chialer hier en lisant une description de composition d'arbre, c'est la souche qui fait défaut, je suis un arbre inversé, à l'envers de la terre, je suis peut-être ça, mais au delà de la hippie symbolique de l'arbre qui prend pied dans le vide, je tente aussi de sentir la sève, de sentir la sève, de sentir la sève, et c'est bien là le plus grand trou dans mon oeil"

 

Badebec

23:11 11/04/2014 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

7
avr

Magical Contamination

arts

arts

arts

arts

arts

arts
Magical Contamination

08:37 07/04/2014 | Lien permanent | Tags : arts |  Facebook

3
avr

Matins peu bruns

11:45 03/04/2014 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

31
mar

et avec les noms...

mars2014 052.JPG
mur de filles.

mars2014 053.JPG

mars2014 054.JPG

22:15 31/03/2014 | Lien permanent | Tags : girlz |  Facebook

Résumé de la 44ème soirée filles avec un cerveau (chacune) – 28 mars 2014 @ Linda’s & Zoélie’s…

Chaque fois que c’est gris, c’est qu’un lien vers quelque chose attend son clic… cliquez donc et hop, le monde s’ouvre.

Adèle : Histoires de Toto (de 8 à 92)

Zoélie : Poupée fabriquée, cousue, bouclée, composée en classe. (Cf. école Steiner (Bruxelles FR ou NL)

Nalike :
poupées vietnamiennes… nommées Solitude, Confusion & Solution
. Modus operandi : on pose une question avant le sommeil. Et les poupées répondent pendant la nuit. (cf. poupée mange-chagrin (le lien explique comment en fabriquer une)

Sophie M. :
avait prévu de parler de Pasolini, une autre fois, surely/maybe.

Aliénor :
le chaudron du dagda – magasin bio en ligne ou comment trouver le plus sain, le plus simple, le moins conséquent que l’environnement… + paradoxe du secteur culturel et artistique qui défend un discours mais qui, dans ses activités, n’applique pas et se comporte de manière archaïque en matière écologique.


Elizabeth
 :
L’ordre ménager, le temps domestique, le temps par genre… (cf. étude de la répartition des tâches domestiques et étude du travail domestique non rémunéré des hommes dans le monde)


Valérie 
:
photo d’un vitrail réalisé par Valérie en atelier d’artisanat d’art et la question de la création, de la créativité et des ressources de celles-ci.


Sophie  A.
 :
Sa nouvelle « mission » de photographe – défi technique Vs créativité. Liberté dans la technique… quid ? Comment ? (cf. Caravana obscura de felten & massinger + Atelier de la rue Voot)


Elodie
 :
Travail de broderie au sein d’un projet artistique européen « voix de traverse » avec l’artiste plasticienne Elyse Galiano, expo des broderies à la Maison du Conte de Bruxelles en avril puis en Andalousie et en Aquitaine.
+ Elodie a envoyé après ce lien vers le guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses !


Flavia
 : VASLAV d’Arthur Japin (romanconsacré à Nijinski, danseur légendaire et artiste du mouvement). + livre chiné du Musée d’art oriental & occidental d’Odessa.


Véro G. :
Droits de l’homme ou droits de l’humain ? Exception française… ! de Christine Delphy. (Cf. Collectif HF pour l’égalité homme femme dans l’art et la culture)

Anne-So. :

Eurydice désormais de Muriel Stuckel avec les illustrations de Pierre-Marie Brisson et Cendrillon hier ou comment écrire (réfléchir / analyser) le duo/duel belle-mère et belle-fille, entre les archétypes des contes et les réalités complexes des rôles de ces femmes (avec les hommes concernés ou moins).


Linda :
L’Histoire & l’histoire… Pavé de mémoire / Encore écrire /créer sur la Shoah ? /  Chercher des sources et perpétuer des racines / transmission / parler aux pierres.

Pascale: Film Le vertige des possibles de Vivianne Perelmuter (+ autre chose que Pascale n’a pas pu présenter... next time ?)


Elsa 
:
Les neurones miroirs comme découverte et comme moteur de recherche et d’écriture pour une pièce de théâtre en cours d’écriture par Elsa (+ comédiens) . (Cf. René Girard et « le désir mimétique » + cf. le MOI de Blaise Pascal)

Milady :
S
pectacle « moi, nuage » (teaser) du Théâtre de Galafronie puis cloudappreciationsociety.org !


CONCEPT DE LA SOIREE:

CONCEPT (simple mais expliqué longtemps)

Quoi ?

Depuis 2005, la soirée Filles avec un Cerveau (Chacune) rassemble des femmes de tous bords, de toute tendance dans un gynécée, dans un salon, dans une cave ou dans un atelier.

Sans forcément se connaître, elles échangent leurs mots, dévoilent leurs objets,  (dé-)montrent des choses. Coup de cœur ou coup de gueule autour d’une assiette, d’un verre et d’une table (avec chaise).

 Qui ?
TOUTE FEMME EST LA BIENVENUE de 5 à 105 ans:

 vous, votre moche-mère, votre demi-sœur, votre grand-mère entière, votre voisine d’en face, votre adolescente bougonne portable, …

 Que vous soyez pro- ou anti- masculin,
que vous soyez célibataire ou amoureuse sous des jardins suspendus d'amour éternel,
que vous soyez agricultrice, chômeuse, carriériste, star du phonographe, ni muse ni soumise,
que vous soyez féminine, chamelle, gourgandine, frigide ou fan de Brigitte Bardot,
que vous soyez enceinte jusqu'aux yeux, déprimée jusqu'au noyau, débordead jusqu'au nœud, procrastinée jusqu'à demain,
devenez une fille dotée d’un cerveau réfléchissant, simplement.

Comment ? Pour la réussite de la chose,
chacune apporte du boire et du manger pour alimenter le buffet ouvert pour toutes. 

PUIS
- une MUSIQUE, un CD, une fanfare, une DJ, un instrument de musique, …
OU
- un LIVRE, un TEXTE, un recueil, une encyclopédie, un bottin, un tarot, … (Femmes qui Courent Avec Les Loups a Déjà été apporté une dizaine de fois... ;-)
OU
- un OBJET d’enfance, d’adolescence, de femme, objet sujet d'une histoire, d'une ironie, comme une poésie, une nostalgie, …
OU
- UNE CHOSE que vous fabriquez, cuisinez, cousez, tricotez, crochetez, décorez, recyclez, troquez, vendez, inventez… (Ventes de vêtements, de bijoux et autres délices possibles)
OU
- une IDEE de débat, de conversation, un concept, une envie, une utopie, une uchronie, …
OU
- une EXPERIENCE, un souvenir câlin ou une claque déclic, un truc à raconter, une chose à partager pour faire jurisprudence ou table rase…
ou même un truc de filles!

PS I: hommes interdits mais pas haïs.
PS II très didactique et complémentaire:

- pas de limite dans l'apport des objets (les livres ne sont pas les options primordiales)

- pas de limite dans l'apport de bonnes copines (pas de connes bobines!) mais faut quand même prévenir avant histoire que les chignons et les girons ne se mélangent pas trop au point de ne plus y voir qu’une seule toison…

- pas de limite dans l'apport de calories (on aura le temps de s'en préoccuper quand on s'ra pensionnées!)

- Mais une limite de retard, si vous arrivez plus/trop tard, tampix! on aura quand même débuté à déguster… oui, encore cette tenace loi naturelle des premières lionnes au point d'eau!

 

PROCHAINE le vendredi 23 mai à Schaerbeek... dès 19h12.

21:56 31/03/2014 | Lien permanent | Tags : girlz |  Facebook

22
mar

Rares et précieuses.

" Quand la moutarde vous monte au nez, votre registre lexical s'appauvrit et vous vous abandonnez sans vergogne à un flot de jurons horriblement communs? Laissons les insultes vulgaires au vulgum pecus! Préférons les injures rares et choisies. Certaines obsolètes au possible n'en ont que plus de charme. La preuve avec cette sélection dont vous pourrez user et abuser.

  1. Coureuse de rempart!
    Avouez que la périphrase mérite d'être réhabilitée. Elle remplace avantageusement notre "Putain" trop...couru! Le contexte médiéval dans lequel elle était utilisée naguère l'a sans doute condamnée à tomber aux oubliettes. Quel dommage!
  2. Puterelle!
    Dans le même registre, en version plus concise, vous avez le droit de préférer le toujours médiéval "Puterelle" ou "Ribaude" aux sonorités légères et fraîches. Désigne d'ailleurs une jeune prostituée.
  3. Gourgandine!
    On doit encore aux femmes de mauvaise vie cette élégante injure qui pourrait faire partie du bagage du capitaine Haddock.
  4. Orchidoclaste!
    Ah! la belle insulte savante. Littéralement, "casse-couille"! Je ne sais à qui on la doit mais elle fait entout cas les délices du très distingué Gérard Oberlé dont la devise mérite d'être méditée :"Le bagage d'un homme, c'est ce qu'il a lu et ce qu'il a bu".
  5. Nodocéphale!
    L'équivalent de "tête de nœud". Mais l'effet n'est pas le même selon qu'on utilise l'une ou l'autre. Essayez, vous verrez!
  6. Coprolithe!
    Le dictionnaire l'atteste encore. "Merde fossilisée", telle est grosso modo la définition du terme. Un excrément tout ce qu'il y a de plus savant sous cette forme!
  7. Alburostre!
    "Blanc-bec!" a également de la gueule, mais si vous voulez varier les plaisirs...
  8. Fot-en-cul!
    Allons donc! Voilà que je deviens vulgaire! Désigne, vous l'aviez supputé, un sodomite médiéval.
  9. Pisse-froid!
    Pourrait s'appliquer à bon nombre de nos contemporains. Pas besoin de vous faire un dessin.
  10. Fesse-Mathieu!
    Gentil, non ? elle claque bien! "

    http://www.topito.com/top-des-insultes-rares

10:17 22/03/2014 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

décalcification

good catch.jpg


cherche rebouteux sympa
pour recoller corps astral.
merci.

09:57 22/03/2014 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

20
mar

Projection du documentaire de Lydia Chagoll « Ma Bister » le 28 mars 2014

 

La projection en avant-première du documentaire de Lydia Chagoll, « Ma Bister » [Souviens-toi], sur la vie des Sinti et des Roms à travers les siècles en Europe, organisée par la Fondation Roi Baudouin, aura lieu le vendredi 28 mars à 20 h, au cinéma Galeries à Bruxelles. 

 

ma bister

 

Le film sera introduit par Lydia Chagoll et Philippe Reynaert, directeur de Wallimage, critique cinématographique. Une version en néerlandais sera projetée simultanément dans une autre salle. La projection du documentaire sera suivie d'une réception. 

 

« Ma Bister » est un documentaire long métrage de 90 minutes. Le DVD du film sera bientôt en vente via www.kbs-frb.be ou directement auprès de Lydia Chagoll, au prix de 20,00 € envoi compris (au profit de l’ASBL Pour un sourire d’enfant), à l'adresse suivante : bcocdinfo@telenet.be

 

L’histoire des Sinti et des Roms est méconnue. Tout comme la stigmatisation, la discrimination et l’oppression de cette population depuis le 17e siècle. Le génocide dont elle a été victime durant le régime nazi n’est même pas reconnu par certains historiens.

 

Le documentaire « Ma Bister » donne un aperçu de la vie des Sinti et des Roms au fil des siècles. Le film rassemble une mine d’informations qui donnent une bonne image de leur vie et leur confèrent de la sorte aussi une dignité.
La vie des Tsiganes d'hier à aujourd’hui
Les Roms, des êtres libres, des êtres bafoués
Une vie de joie, une vie de souffrance
Les Roms ? Des citoyens du monde

 

Lydia Chagoll
Enfant dans un camp japonais, danseuse et chorégraphe, réalisatrice, ardente défenseuse des enfants maltraités et des détenus, écrivaine, poète, Lydia Chagoll est une femme qui s'insurge inlassablement contre l'injustice. Compagne et collaboratrice de Frans Buyens (1924-2004), elle a signé avec lui plusieurs documentaires qui mettent en lumière les défis posés aux citoyens du 20e siècle.

 

 


Modalités pratiques :
Vendredi 28 mars 2014
Heure : 20 h
Cinéma Galeries
Galerie de la Reine, 26
1000 Bruxelles

L’événement est organisé par le Fonds Lydia Chagoll, géré par la Fondation Roi Baudouin. L’entrée est gratuite, mais l’inscription est obligatoire et peut se faire en ligne via www.kbs-frb.be ou en téléphonant au 02 549 61 86.

12:40 20/03/2014 | Lien permanent | Tags : act-u, poly-tiques |  Facebook

Encres, textes, papiers, colle, ciseaux: une expo

Expo sans titres.jpg

Si, si.
Avec Nicolas Marchant et Milady Renoir dedans.

11:24 20/03/2014 | Lien permanent |  Facebook

18
mar

Breillat & Aventin - bientôt, là, à côté.

mercredi 26 mars 20:00 (Cinéma Sauvenière)


Sécheresse du récit, mystère jamais levé sur les motivations de la victime, séduction candide de l’escroc : Catherine Breillat (Romance, À ma sœur) signe un grand film de la manipulation.

La projection sera suivie d'une rencontre avec Catherine Breillat, réalisatrice et Christine Aventin, auteure d’un essai-fiction Breillat des yeux le ventre (éditions Le Somnanmbule équivoque)

 

 

Cliquez ici pour découvrir la fiche du film

 

Prix d'entrée habituels, préventes dans les cinémas des Grignoux à partir de mecredi 5 mars.

 

 

En partenariat avec le FER ULg

14:46 18/03/2014 | Lien permanent | Tags : act-u |  Facebook

13
mar

Atelier d'écriture au sein de l'AKDT - juillet 2014

6 jours d'écriture en été, en résidence, en groupe, en tentatives.

Atelier
"Ecrire ce qui vient avec tout ce qu'on est"
animé par Milady RENOIR

Ecrire ce qui vient avec tout ce qu'on est - Milady RENOIR

Dans la section Arts du spectacle-Théâtre (L'écriture)

@ NEUFCHATEAU
du 20-07-2014 au 26-07-2014
A partir de 16 ans
Ouvert [12 inscrits maximum - Ne tardez pas à envoyer une demande... ]
 
Contenu:
A chaque mot, une envie... Aller plus loin.
A chaque point final, un désir...Recommencer.
Sur ces élans qui nous traversent, l'atelier constituera une mosaïque, un kaléidoscope d'écrits personnels, créatifs, collectifs.
Quelques techniques de mise en écriture, des outils pour vivre avec l'écrit, la lecture, des outils de spatialisation des mots, des voix, des expériences ludiques, volatiles seront explorés avec le groupe.
Il sera profondément question de pourfendre l'Hydre de la modélisation, d'annihiler la frousse de la page blanche, de se convaincre de multiplier les supports, d'explorer quelques possibles du corps et de l'esprit, de s'appuyer autant sur les questions, les doutes que sur les réponses.
Plusieurs formes, genres et azimuts seront admis dans l'écriture.
Il est possible d'apporter un ordinateur, un dictaphone, un cerveau, un appareil photo, un GSM, son corps et de s'en servir.

Infos
NB: le stage se termine le samedi 26 juillet 2014 à 18h.
Prix stage 255 €
Prix pension 205 €

Cet atelier fera peut-être quelques passerelles avec celui animé par Frédérique Dolphijn : http://www.akdt.be/fr/stages.php?i=512&p=3&c=s

Faites passer...
 
Inscriptions UNIQUEMENT via AKDT sur http://www.akdt.be/fr/stages.php?i=513&p=3&c=s

Bio bio:

atelierMilady Renoir est un personnage-avatar né le soir du bug de l'an 2000.
Fascinée par les ritournelles, les cycles et la sérendipité, elle est avant tout la CoUrBE du CUBE.
Elle est aussi poétesse organique, mère au foyer, animatrice d'ateliers d'écritures, de désordre littéraire, créatif, expérimental et ludique et coordirectrice de Kalame, réseau professionnel des animateurs d'atelier d'écriture de Belgique.
Encore, elle est performeuse corps et âme, elle use de beaucoup de moyens et d'encre pour ajuster son lien à l'autre, bousculant le curseur de ses interventions publiques ou intimes de la séduction à la provocation, de la chute à la douceur.
Elle a été plutôt pas médiocre à la lutte gréco-romaine, a appris le russe pour justifier son romantisme, aime l'Afrique comme une mère.
Elle danse le soukouss ou le buto selon la météo.
Elle fera de son mieux pour réduire sa pile de livres avant de mourir, publie ses écrits sur des blogs, dans des recueils, des revues sociales-culturelles, artistiques et dans des tiroirs.
Elle apprend la vielle à roue, retrouve l'art du jeu en tant qu'adulte, multiplie les points de vue en vieillissant, en sagissant.
Son corps d'origine est né l'année de la dépénalisation de l'avortement en France, a grandi de travers, en long et en large entre fleuves, HLM et piliers de bar.
Tous les deux prévoient l'extinction totale des feux en 2046 juste après le journal de 20 heures.

22:44 13/03/2014 | Lien permanent | Tags : atelier |  Facebook

4
mar

Statement(s) @ Chantier(s) + atelier(s).

Statement(s)2 par Mathias Domahidy
Du 11 mars au 30 avril / @ Chantier(s) Art House

Un geste


Il y a une joie du monde, éthérée et solitaire, sans signe, ouverte et absorbée, un rien qui s’ouvre par l’œil sur une totalité sans nom et sans sens.
Mais c’est l’essence de notre vivre ensemble qui se détermine par ce que l’on se signifie et le médium que l’on oppose à l’autre pour se dire son langage et tenter de le transmettre sans trop de secondes décalées.
Tout est sous-tendu par le sème et l’émerveillement primal n’en transparaît que l’écho. A quel degré de précision est-ce que tu me comprends?
On peut imaginer qu’avant le verbe qui dit, il y avait le doigt qui pointe, avant la parole, le geste, avant le mot, l’image nue.
La richesse qui interprète est alors un vertige où l’échange rampe dans des canaux de nuit et d’argile.
La bouche alors cherche à cesser de creuser pour avaler un vouloir et le recracher.
Et c’est le mot qui montre et le verbe qui agit descendant de cellule en cellule nous ouvrir une perspective par une histoire.
La critique est dans le mythe parce que, dans tout ce qu’elle ajoute, elle retire un même pour s’ouvrir le monde.
Ce que mes images présentent, c’est un nu.
Ma photographie est un geste.
Les titres transfèrent un manque et décuplent l’information, ils participent, dans l’interprétation, des multiplications du vrai. Ils sont dans cette supercherie, la critique d’un monde où le vrai n’est plus seulement un moment du faux, mais où le vrai est devenu une possibilité réel du faux.

De l'artiste Mathias Domahidy.
 
/////

Mathias domahidy.jpg

/////

Autour d’un verre et d’une œuvre d'art, une proposition d’écriture s’énonce.
Une animatrice [Milady Renoir) invite un groupe de participants (entre 4 et 8 personnes,débutantes ou aguerries en ateliers) à intégrer un lieu d’accueil (Chantier[sJ et à écrire entre, autour, avec, sur, pour, contre, dans, face à ce qui s’expose et ses évocations.
Les confrontations, les invitations, les projections, les contemplations seront autant de supports pour l'écriture.

Cet atelier ?
Un temps
se diluant entre écritures, lectures, partages des im- & ex-pressions.

Un rendez-vous avec des artistes, des œuvres, des objets, des espaces de découvertes et un lieu dédié aux arts plastiques, décoratifs, d’intérieur, de la table et de la bouche.
Un point de rencontre entre des cultures, des écritures, des perméabilités, des avis, des gens.
Un espace d’écriture pour entrer dans des formes courtes d’écritures, pour nourrir ses propres projets en cours, pour ‘s’y’ re-mettre, pour le plaisir.

Pour qui ? Toute personne curieuse d'entrer, de rester en écriture, toute personne amatrice d'objets d'art et/ou de mots. Aucun pré-requis n’est nécessaire aux ateliers, à part celui de tenir un stylo et de garder l'esprit et les yeux ouverts.

Dates des ateliers et nom de l'artiste exposé:
19/09 & 24/10 (Isabelle Cochereau)
08/11 & 03/12 (Anto Fils de Pop) / 2013
08/01 & 05/02 (Frantz Plotard)
11/03 & 15/04 (Mathias Domahidy)
07/05 & 03/06 (Pascal Briba)
01/07 & 22/07 (Jeunes Talents Belges) / 2014.

De 18h30 à 22h00 (apéro la première demie heure pour discuter, échanger, découvrir, s'imprégner, bien manger/boire)

Où ? Chantier(s), rue du Bailli 47 - 1050 Ixelles - http: //www.chantier.s-arthouse.com/

Avec qui ? Les artistes invités à exposer et à investir Chantier(s) chaque deux mois seront aussi invités à participer à un atelier durant leur temps d’exposition. Saison 2013/14 des expositions :
o Isabelle Cochereau du 14/9 au 31/10 2013- http://www.isabellecochereau.fr/
o Anto Fils de Pop du 03/11 au 31/12 2013 - http://www.antofdp.com/
o Mathias Domahidy du 11/03 au 30/04 2014 - http://letheatretransitoire.blogspot.be/
o Pascal Briba du 07/05 au 26/06 2014 - http: //www.pascal-briba.com
o Jeunes Talents belges en 07/2014 (Concours de Jeunes Talents Belges lancé par Chantier(s)
Voir le site de Chantier(s) pour les dates de vernissage

PAF : 20€ par séance ou 35€ par atelier (2 séances autour du même artiste exposant) - apéro, thé, café compris.

Inscriptions obligatoires et renseignements éventuels auprès de Milady Renoir :
miladyrenoirmiladyrenoir@gmail.com

16:56 04/03/2014 | Lien permanent | Tags : atelier |  Facebook

non mais allez quoi

ce blog a plus de dix ans, quand même.

IMG_6558.jpg

16:44 04/03/2014 | Lien permanent | Tags : place net |  Facebook

FRANCE CULTURE - ATELIER INTERIEUR (merci Amélie) - Sérendipité

23h et s’ouvre l’Atelier intérieur…au mot serendipity. Serendipité en français. Il est inventé le 28 janvier 1754. Puis oublié pendant un siècle. Puis ré utilisé. Et maintenant prononcé, écrit, dit, répété. Serendipité. Il célèbre dans nos vies, l’inattendu. Comme si on en avait soudain besoin. Comme si d’ordinaire on s’attendait à tout, comme si on était fatigués. C’est l’anglais Horace Walpole qui créé le mot, on pourrait le définir par : découvrir par hasard ce que l’on ne cherchait pas. Des découvertes, beaucoup, ont été faites par des hommes partis à la chasse d’autre chose. Mais voilà la question : est ce que la serendipité, ça arrive à n’importe qui ? Est-ce qu’il faut un talent pour s’ouvrir au hasard ? On a assez de sagacité ? Il faudrait oui, avoir l’esprit préparé. Savoir lire les signes. Y prêter attention. Il faudrait un effort, et tant pis pour les fatigués. L’image de départ ce soir serait celle là : fabriquer un monde à partir du néant. Scène vide. Petit à petit il faut recomposer. Découvrir la lumière, le langage. Antoine Defoort dans Germinal déterre un micro. Le micro fait entendre un bruit. Une voix. Des mots. La parole. Un peu plus tard c’est un ordinateur qui est trouvé, « par hasard ». Aujourd’hui il existe une serendipité programmée. Nos machines tentent de savoir, de faire des liens, de nous faire croire que par hasard on cherche ça mais pourrait cliquer ici. Si on tape une lettre dans un moteur de recherche par exemple : Ceci. Google propose : ceci est mon corps, ceci dit, ceci est la vérité, ceci est une révolution, ceci est un test, ceci est une fiction, ceci est un poème qui guérit les poissons, ceci est un spectacle d’improvisation, ceci est un statut en manque d’inspiration. Nouveau poème avec toutes nos recherches accumulées. Qui a écrit : ceci est une révolution. Qui a écrit assez de fois : ceci est une fiction pour que cela apparaisse ? Ta recherche peut donc être mon hasard. Tu peux être mon hasard. On peut se rencontrer, voilà ce que le hasard permet. Si un mot fait parler son époque, celui-là dit quoi de nous ? Serendipité. Les mots ont de la vérité. Les fictions les inventent et les poussent dans la réalité. Serendipité maintenant ça existe. Nous sommes en chasse de quelque chose, les hommes chassent, sans cesse, peut être à s’épuiser, c’est pour ça qu’il y a des fatigués. Ce soir nous allons déterrer par hasard un micro, apprendre un nouveau mot, et par serendipité, réinventer une façon de parler, pour se rencontrer."

http://www.franceculture.fr/emission-l-atelier-interieur-numero-26-serendipity-2014-03-03

 

11:14 04/03/2014 | Lien permanent | Tags : humoeurs |  Facebook

3
mar

j'ai dit oui

à Christine Aventin
pour remplacer quelqu'une
qui devait
avec Christine Aventin
faire corps et écriture
je remplace la quelqu'une loin d'être quelconque
et me retrouve en travail autour de ma matière favorite
corps&texte
nous nous voyons cette semaine
pour dire quoi comment pourquoi
ce sera en tout cas au prochain FiEstival des éditions Maelström
Christine Aventin & moi

++++
Pierre Cendrin propose une dissémination ayant pour thème "le corps dans tous ses états". Il écrit :"Écrire le corps est l’un des enjeux les plus pri­mor­diaux auquel se confrontent les auteurs les plus divers. De Monsieur Bloom dans ses cabi­nets au goût de la made­leine de Marcel, en pas­sant par le vieil Achab qui a son mal che­villé au corps, les pro­blèmes de foie de l’homme du sous-​sol, ou encore l’attente fébrile de Julien Sorel devant la porte de Mme de Raynal.

Objet his­to­rique, le corps est sou­mis à des normes qui peuvent variées plus ou moins for­te­ment. Châtiments cor­po­rels. Hygiène. Façons de table. Apparence phy­sique conforme, non-​conforme, valo­ri­sée, stig­ma­ti­sée. Corps qui se pare, se cache, entre osten­ta­tion, dis­cré­tion et dif­fé­ren­cia­tion. Corps har­ce­lés, bru­ta­li­sés, frus­trés, malades, dimi­nués, empê­chés, mou­rants. Désir, pas­sion. Corps qui s’aiment, corps dans l’attente de s’aimer, qui se recon­naissent, s’affrontent, se récon­ci­lient, se domestiquent.

Le corps est le pre­mier signe exté­rieur d’appartenance sociale que l’on offre aux regards d’autrui.

Réceptacle des émotions. Gêne, exul­ta­tion, rou­tine. Incorporation des savoir-​faire et des savoir-​être.

« Apprendre par corps » : dis­ci­pline sco­laire, récep­tion docile du savoir et du pou­voir dans leurs formes douces et bru­tales. Attente aux gui­chets. Répression des indis­ci­plines. Corps enfer­més dans des ins­ti­tu­tions totales où l’esprit ges­ti­cule. Le corps-​outil, dis­ci­plines pro­fes­sion­nelles, divi­ser les gestes, à la chaîne et à l’atelier. Le corps spor­tif qu’il faut domp­ter et faire tenir. Capital de force phy­sique qu’il faut entre­te­nir et mettre en dan­ger de façon rai­son­née. Usage ratio­na­lisé du corps.

Le corps et l’esprit. L’hostie.

Le corps en terre.

Ce mois-​ci, ce sont les corps que nous disséminons."

Rosaleen-Ryan-The-Birth-Of-Suburbia.jpg

ART: Rosaleen-Ryan-The-Birth-Of-Suburbia

 

23:26 03/03/2014 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures |  Facebook

Jean-Pierre Brisset et les hommes-grenouilles

Article de Jérôme Solal

 

Jean-Pierre Brisset (1837-1919) a exercé diverses professions : pâtissier, militaire puis professeur de langues vivantes. Il a montré des talents d’inventeur et a fait breveter en 1871 la ceinture-caleçon aérifère de natation à double réservoir compensateur, et en 1876 la planchette calligraphique pour enseigner l’écriture et le dessin. C’est une fois devenu chef de gare en 1879 qu’il prend enfin conscience du rôle qui lui échoit sur terre : il lui faut révéler les origines de l’espèce humaine et du langage. Telle est donc la mission à laquelle il se voue désormais.

Ce visionnaire solitaire crée alors une mythologie qui puise aux grandes religions, notamment le christianisme. Au commencement était l’eau - les mers, les rivières, les lacs, les étangs, les marais où les grenouilles, ancêtres des hommes, vivaient en paix. Puis est venu le temps des transformations. Tout change peu à peu, les corps, les règles, les mœurs. Bien avant le latin (une langue tardive mise au point par des usurpateurs), on se met à parler le français, véritable langue originelle.

Brisset faisant le récit du devenir-homme des grenouilles met en avant le rôle de la sexualité et de la violence. Dans ses révélations sur le développement chaotique de l’humanité, il progresse grâce à une méthode originale qui exploite les multiples ressources de l’homophonie : il décèle les vérités cachées des paronymes, homonymes, holorimes et calembours. Son anthropogenèse est donc aussi une poétique. Par l’inventivité de ses analyses linguistiques, il établit un discours sur les origines et, à une époque marquée par l’apport du darwinisme, élucide à sa manière les mystères de l’évolution du vivant.

Publié en 1900 à dix mille exemplaires sous la forme d’un grand in-folio de quatre pages que Brisset finit par faire distribuer gratuitement faute d’avoir trouvé des acheteurs, le texte de La Grande Nouvelle (La Véritable Création de l’Homme, La Résurrection des morts, Tous les mystères expliqués) se présente comme la synthèse de ses travaux.

La Grande Loi cachée dans la parole

Toutes les idées que l’on peut exprimer avec un même son, ou une suite de sons semblables, ont une même origine et présentent entre elles un rapport certain, plus ou moins évident, de choses existant de tout temps ou ayant existé autrefois d’une manière continue ou accidentelle.
Soit, comme exemple, les quatre sons :

Les dents, la bouche. On peut écrire : L’aide en la bouche, lait dans la bouche, laid dans la bouche, laides en la bouche, etc.

Or, tout cela nous dit avec évidence que les dents sont seulement une aide : on peut s’en passer. Elles sont un lait ou blanches comme du lait ; à l’occasion elles sont aussi laides et alors c’est laid. L’étude de cette propriété de la Parole qui est Dieu, amène l’esprit à analyser chaque mot et à retrouver les idées qui l’ont formé, et ainsi on a devant les yeux les actes que faisaient nos ancêtres avant que l’homme fût créé, le premier langage humain. Certainement est formé de : Ce air t’est, ne mens ; certes est, ne mens. Ne mens signifiant : je ne mens pas. Tu mens, forcé ment ; tu mens forcément. J’accepte, part faites-m’en ; j’accepte parfaitement. Tu parles parfait, te ou tu mens ; tu parles parfaitement. Du suc c’est ! Le premier qui cria : Du suc c’est, eut du succès. Le mot suc est le premier nom du sucre et on lui donne encore ce nom.

Dans la langue primitive, qui était la langue actuelle en formation, les auxiliaires avoir et être se mettent souvent après la partie invariable du verbe.

En feu l’ai, c’est enflé. Mords ce l’ai,, il faut le morceler. Je mords c’est le, je morcelle. C’est l’ai, sel ai, scellé. On scella le sel. En bouche ai, je l’ai embouché. Happe l’ai, appelé. Ai l’eu = l’ai eu, ai lu, élu. Chêne est, c’est du chêne, la chênaie. Os ce l’est, hausse-les, osselets.

Les démonstratifs : le, les, ce, cette, mon, ton, son, etc., se placent souvent après le nom : Vois-le, le et la voile. Rond ce, ronce. La ronce se contourne en rond. Ce m’ons ce, ce mon-ce, semonce. Cela se disait en reprenant vivement son bien. M’ons = j’ons ou j’ai. Boure cette. Bourcette. On se bourrait de bourcette. La bourre fut un manger. Pour manger il faut qu’on laboure. Le lit mon. Le limon fut le premier lit. Le saut mon. Regarde le saumon. Le premier saumon fut un ancêtre sauteur. Le bout ton, le bouton. Le premier bouton fut une extrémité. Buis son, son buis, le buisson. Au but y sont, aux buissons. On aimait les buissons, c’était un but à atteindre.

Le mot ist = est. C’ist me, c’est moi. Cri de celui qui se montrait sur une cime. C’ist té, c’est toi ; sis-té, sieds-toi. Origine de la cité. Te rends qu’ist le, laisse-moi tranquille. Ce c’ist, ceci. Comme ai dit ist, comédie. La parole s’est formée avec les cinq idées premières exprimées par les mots suivants : ai, aie, est, à, ce. Ce, que l’on peut écrire ceu, désignerait, sous cette orthographe, la bouche de l’ancêtre, car tous les mots ont été mis dans la bouche sous une forme sensible, et sont devenus des esprits avec la disparition des êtres et des choses qui servaient à la formation de la parole. J’ai c’est ? J’essaie. Je l’ai c’est ? je l’essaie. In c’iist, ce aie ; ainsi c’est. À que c’est ? accès, Ai que c’est ? Excès. Jeune est, je nais. Éteinds, c’est le ; étincelle.

Le tends, le temps. Le temps a pour origine une tension. In ce temps, instant. In ce temps t’en ai, instantané. A vec, in ce temps-ce, avec instance. A vec = au bec. J’arriverai en temps dû, c’est entendu. L’est neige dans temps. L’ancêtre était sensible au froid et sentait les neiges dans temps avant qu’elles fussent visibles. Où sont les neiges d’antan ? disaient les simples, croyant qu’il était question des neiges de l’année précédente, comme si les neiges éternelles n’étaient pas à cheval au moins sur deux années. Lecteur, entends en temps les vérités éternelles. Avant que l’homme fût, j’étais.

Nous ouvrons donc le livre fermé, dès la création du monde. Il donne la vie éternelle. En vérité, si tu en veux hériter, il faut être pour la vérité. Envers y t’ai, en vérité, c’est l’envers du langage courant.

Le français, formé des meilleurs dialectes du centre de la France, se parle donc ainsi qu’il se parlait dès la création du monde. Depuis que l’homme existe, nul son étranger n’a pénétré dans le langage du peuple. Chaque contrée a conservé son patois propre et son accent particulier. Les mots étrangers qui sont entrés dans notre langue, ne l’ont fait qu’en se transformant en sons parfaitement français, aptes à être analysés avec des éléments français.

Au commencement était la Parole et la parole était Dieu. Tout a été fait par elle et rien n’a été fait sans elle. C’est elle qui éclaire tout homme venant au monde. Maintenant que l’esprit a bien voulu nous donner la clef des mystères de la parole, nous allons parcourir la création de l’homme, dès la fondation du monde.

Extrait de La Grande Nouvelle de Jean-Pierre Brisset, Jérôme Solal éd., Paris, Mille et une nuits, 2004 (1ère éd. Paris, Chamuel, 1900), p. 8-11.

Dans le passage qui précède, tiré des premières pages de La Grande Nouvelle, Brisset développe ses analyses linguistiques. Le texte joue le rôle d’un préambule où l’auteur livre quelques rudiments d’archéologie linguistique avant d’entreprendre, dans les pages suivantes, son anthropogenèse. Le Verbe avant l’Histoire, les mots avant les maux, les mots en leur force la plus concrète, la plus vitale, en leur émail le plus physiologique : les dents, la bouche. Brisset évoque la construction des auxiliaires avoir et être, s’intéresse aux démonstratifs, ces mots qui montrent la réalité là, toute proche. Malgré son approche sensualiste, il a conscience que les mots, ce sont aussi des idées, toutes primitivement recueillies dans ce bouquet verbal : ai, aie, est, à, ce. Un tel discours sur les origines ne peut se dispenser de la notion de temps, mise en relation avec la place que l’homme peut y trouver dans sa subjectivité de descendant direct des grenouilles : Avant que l’homme fût, j’étais. J’étais, mais qui dit « je » : moi le temps (d’avant l’humanité), moi l’étant (la nature naturée), moi l’étang (le réservoir à grenouilles) ? Qui sait ?

Pour que les lecteurs captent parfaitement son message et prennent avec lui le chemin vers la vérité cachée, Brisset leur propose de se laver les oreilles en intégrant l’envers du langage courant. Seule cette indispensable inversion, qui fonde sa poétique et récure les tympans, leur permet d’entendre le son-Brisset, de comprendre vraiment les mots tus sous les mots dits. Ainsi peut-on accéder à la vérité éternelle, celée depuis toujours, et dont lui seul détient la clé. Ajusté de la sorte à ces paramètres nouveaux d’un langage certes inaudible pour l’homme du commun, mais transparent pour les initiés qui auront su écouter, c’est Dieu que Brisset manifeste, verbe et loi. Dès lors la parole inspirée du prophète rétroactif peut lancer son récit (l’authentique histoire enfin révélée de l’humanité) et claironner la grande nouvelle de notre destinée ontologique d’hommes-grenouilles.


Voir aussi « Le langage des grenouilles » de Jean-Pierre Brisset.

 

P.-S.

Quelques éléments pour mieux connaître son œuvre :
De Brisset : La Grammaire logique, résolvant toutes les difficultés et faisant connaître par l’analyse de la parole la formation des langues et celle du genre humain, Paris, Baudouin, 1980 (1ère
éd. Paris, Leroux, 1883) ; Les Origines humaines, Paris, Baudouin, 1980 (1ère éd. Angers, chez l’auteur, 1913).
Sur Brisset : André Blavier, Les Fous littéraires, Paris, éd. des Cendres, 2001 (1ère éd. Paris, Veyrier, 1982) ; Marc Décimo, Jean-Pierre Brisset, prince des penseurs, inventeur, grammairien et prophète, Dijon, Les Presses du Réel, 2001.
Brisset adapté au théâtre : Les Grenouilles qui vont sur l’eau ont-elles des ailes ? par Catherine Beau et Eugène Durif (2002) ; Mots à lier ou le Brisset sans peine par Gilles Rosière et Pako (2004).
Brisset sur la toile : http://perso.orange.fr/chambernac/brisset.htm (site entièrement consacré à Brisset).

Portrait de Brisset : Charles-André Picart Le Doux

23:17 03/03/2014 | Lien permanent | Tags : lis tes ratures |  Facebook

27
fév

lettre à une mère dans une bouteille

Chère Maman,

je vais bien. La famille d'accueil est gentille. Elle aime bien cuire du chou rouge toute la journée et des boulettes de viande des chiens de chasse trop vieux pour chasser mais la sauce hollandaise qui les recouvre est vraiment onctueuse. Parfois, elle déborde de nos gamelles et ça colle un peu à la table.

Papa et toi manquez mais je sais que votre voyage aux Seychelles était prévu depuis avant ma naissance, que vous avez besoin de vous retrouver. Je patienterai, ici, même si le froid m'empêche d'attendre dehors.
J'espère que tes nouveaux seins te feront moins mal et que du coup, tu sauras me prendre enfin dans tes bras dans un an, quand on se reverra.

Je pense à vous. Je ne vous écrirai pas trop souvent vu que je dois payer le timbre et que pour l'argent de poche, je dois couper trois stères de bois. Je ne suis pas encore douée pour manier la hache mais je fais des efforts. Comme tu m'as toujours dit. L'effort fait vivre.
Je t'aime maman.

Emmeline

jugend revue 1896.jpg

20:29 27/02/2014 | Lien permanent | Tags : humoeurs, textes |  Facebook